Rues et Droit. Bilan de séminaire (novembre 2020-Janvier 2021) 

La première séance du séminaire a été consacrée à une réflexion sur la notion même de rue et sur la façon dont cet objet urbain pouvait être constitué en objet d’histoire.

La rue est à la fois une réalité objective caractérisée par son tracé et son modelé, une réalité vécue (un espace d’activités, et en tant que tel un espace de sociabilité), et une réalité perçue, qui constitue ou peut constituer  un élément de la représentation et de l’autoreprésentation de la cité ou de divers groupes urbains, de groupes et des individus. Les approches possibles et les modalités d’étude des rues sont très diverses. On s’est interrogé, dans un premier temps, sur la façon dont la rue est saisie par le droit.

Continuer la lecture de Rues et Droit. Bilan de séminaire (novembre 2020-Janvier 2021) 

Rues et droit : Les Astynomes, magistrats responsables du réseau viaire urbain d’après le DIgeste

L’unique fragment du titre 10 du livre 43 du Digeste est en grec, et traite du rôle de magistrats civiques désignés comme les « astynomes ». Le passage est attribué à Papinien par les compilateurs du Digeste, mais son auteur, son statut, sa langue originelle font l’objet de débats. Comme il s’agit du seul passage du Digeste consacré explicitement et exclusivement aux rues, et qu’il n’ a été que rarement traduit en français, d’une façon parfois fautive, on en présente ici une traduction, encore susceptible d’être améliorée et discutée.

Continuer la lecture de Rues et droit : Les Astynomes, magistrats responsables du réseau viaire urbain d’après le DIgeste

épigraphie et vocabulaire architectural : à propos d’une inscription d’hippos récemment publiée

Un groupe de trois inscriptions sur mosaïque ornant le sol d’une église de l’Antiquité tardive fouillée sur le site de Sussita, l’antique Hippos, été publié dans la Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik (Staab Gregor, Eisenberg Michael, « Building inscriptions from the martyrion of Theodoros at the “Burnt Church” in Hippos above the Sea of Galilee », ZPE 214 (2020), p. 203‑214). Parmi ces inscriptions, la seconde comporte un terme architectural bien intéressant.

Le texte, tel qu’il est édité, est le suivant :

Ἀβ(β)ᾶς Θεόδο/ρος καὶ ἀβ(β)ᾶς Πέ/τρος, ὅτι ἀ(ὐ)τὺ ἔκ/τεισαν τὰ δύω / μετρίδια (?) τοῦ μ/αρτύριον τοῦτο

Les éditeurs proposent également une traduction en anglais. Nous traduisons ici en français :

Abbas Théodore et abbas Petros, parce qu’ils ont construit les deux metridia de ce martyrion.

Le texte honore donc deux « abbés » ou « pères », parce qu’ils ont contribué à la construction ou à la restauration1 de l’édifice. L’objet de leur intervention est désigné par le terme μετρίδια, pluriel d’un mot apparemment non attesté et dont le singulier doit être μετρίδιον. Dans leur commentaire, les éditeurs proposent deux hypothèses dont aucune ne leur semble plus assurée que l’autre : le mot pourrait être un diminutif de μέτρον et désigner un « (espace) de petite mesure », donc un loculus ; ou alors il pourrait s’agir d’une forme d’un mot μιτρίδιον dont le sens serait en rapport avec la notion de « lien » et pourrait désigner ici les deux poutres principales de la construction ou les deux rangées de colonnes délimitant les nefs. Dubitatifs, les auteurs invitent aussi explicitement les lecteurs à poursuivre la réflexion sur le sens du mot. Eh bien, jouons le jeu !

Le dossier lexicographique rassemblé par les auteurs peut être complété. Le terme μήτρα ou μέτρα apparait en effet dans deux inscriptions, dans des contextes similaires. Comme la confusion entre η et ε est assez fréquente, il s’agit assurément dans les deux cas du même mot, orthographié de façon différente.

Une inscription de Palmyre datée de 328 (IGLS XVII, 1, 101), commémore la réfection du toit d’un portique « de huit mètrai » (…τὴν πᾶσαν στέγην μήτρων η´/ τῆσδε τῆς στοᾶς). Dans ce contexte, le terme désigne apparemment une « travée » (l’espace sous le portique situé entre deux colonnes), ou plus précisément peut-être puisqu’il s’agit de la couverture du portique, la partie de la charpente couvrant une travée — ce que l’on appelle une « travée de charpente ».

Une inscription datée de 524, publiée en premier lieu par H. Seyrig2, et commémorant la reconstruction de trois ponts sur des affluents de l’Oronte, précise que les travaux ont comporté le remplacement de 64 metrai (IGLS III, 2, 1142, l. 7-8 : καὶ ἐλλάγησαν μέτραι/ ξδʹ). Ces metrai sont distinguées d’éléments désignés comme « leurs constructions », munies de brises-lames (l. 8-10 : καὶ ἡ τούτων οἰκο/δομαὶ σὺν τοῖς κοιμο/τόμοις). Comme l’avait déjà expliqué Seyrig, les « constructions » doivent être les piles maçonnées de ces ponts, et les metrai les travées, c’est-à-dire les segments du tablier allant d’une pile à l’autre. Cette constatation semble confirmer qu’à Palmyre également le terme désigne précisément, non un espace, mais bien un segment de charpente.

D’après les dictionnaires, le terme μήτρα, qui est polysémique, peut désigner dans certains de ses emplois la zone médullaire du bois ou la barre de fermeture d’une porte. On voit qu’il peut aussi désigner une travée de charpente, et peut-être, par métonymie, soit la charpente toute entière, soit l’ensemble de l’espace couvert couvert par cette charpente ou partie de charpente.

La forme du diminutif peut servir à former des dérivés sans toujours avoir un sens diminutif. Le terme μετρίδιον pourrait donc désigner , à Hippos, comme le terme μήτρα /μέτρα à Palmyre et en Syrie du Nord, une travée ou plus généralement une (partie de) charpente. Concrètement, et si on se laisse influencer par l’emploi du terme « travée » en français, comme l’emploi du terme à Palmyre nous invite à le faire, on peut admettre que Théodores et Pétros aient « construit » — ou plutôt aient financé la construction de — la charpente couvrant l’espace correspondant à deux entrecolonnements. Une autre solution, cependant est de considérer que « les » deux metridia, sans autre qualificatif, sont les deux charpentes de couverture des deux nefs latérales, de part et d’autre de la nef centrale. C’est la solution qui, à ce stade du moins de la réflexion, est la plus satisfaisante, et c’est celle que nous proposons.

Il faut maintenant faire brièvement un sort au mot μιτρίδιον. Les éditeurs de l’inscription d’Hippos le signalent comme un terme attesté au XIVes . Il apparait en effet dans une compilation juridique de la fin de la période byzantine, mais dans un extrait d’un recueil de droit urbain, le traité de Julien d’Ascalon, daté quant à lui du VIe s.3, ce qui confère une pertinence accrue à un éventuel rapprochement avec l’inscription d’Hippos. Toutefois le mot μιτρίδιον est le produit d’une correction éditoriale (ἢ μιτριδίοις : « ou par des mitridiois« ). La tradition manuscrite la plus fiable porte quant à elle une leçon différente (ἡμιτριδίοις : « par des hémitridiois« ) . Le terme apparaît dans un passage du texte consacré aux toits plats, à leurs usages et aux modalités de partage des frais de construction lorsque ces toits couvrent un immeuble collectif. Il est précisé que si l’on souhaite poser sur un tel toit un dallage ou une mosaique, il convient de renforcer les solives qui le soutiennent par des aménagements adaptés (§ 32. 6 : « (…) il faut que celui (…) qui a l’intention d’aménager la mosaïque ou le revêtement de marbre, renforce les solives (δοκούς) par des aisseliers (ἡμιτριδίοις) ou encore par des poutrelles (διατόνοις). » L’éditrice — c’est-à-dire moi-même— a donc opté pour le texte des manuscrits, non sans hésitations dont rend compte le commentaire des pages 111-112 . L’attestation, désormais fournie par l’inscription, d’un mot μετρίδιον, susceptible d’être orthographié μητρίδιον (et donc, en effet, μιτρίδιον), et relevant du vocabulaire de l’architecture et du bois, devra être prise en compte. Bref, « work in progress » !

Cite this article as: Catherine Saliou, "épigraphie et vocabulaire architectural : à propos d’une inscription d’hippos récemment publiée," in HUORT, 07/10/2020, https://huort.hypotheses.org/372.

  1. On sait que le verbe κτίζειν s’applique à toute activité édilitaire, cf. Downey G., « Imperial building records in Malalas », Byzantinische Zeitschrift 38.1 (1938), p. 1‑15. []
  2. Seyrig Henri, « Antiquités syriennes. », Syria. Archéologie, Art et histoire (1939), p. 296‑373 : p. 309-312. []
  3. Édition, traduction, commentaire : Saliou Catherine, Le traité d ̕urbanisme de Julien d ̕Ascalon: droit et architecture en Palestine au VIe siècle, Paris, 1996 []

À la recherche du Forum de Valens : Jean Lassus au travail

Pour comprendre le déroulement des fouilles, il ne faut pas se limiter à la correspondance, mais mettre à profit les archives des fouilles elles-mêmes. Outre le fonds photographique et les fiches d’objets, trois grands types de documents sont disponibles :

  • les rapports dactylographiés (fieldreports), synthétiques, illlustrés de tirages photographiques,  rédigés à  l’issue de chaque mission, et qui ont fourni la matière du chapitre « Outline of the campaigns » des volumes publié ;
  • les journaux  de mission (diaries), tenus par le « Field director », également illustrés de photographies, qui retracent sur un rythme bimensuel les activités de la mission et sont régulièrement envoyés à Princeton durant le cours de l’expédition ;
  • les carnets de terrain (fieldbooks), manuscrits, tenus par les responsables de secteur.

Lassus ouvre le carnet de terrain consacré au sondage qu’il entreprend au printemps 1937 dans le secteur 17-O par ces mots  :

Continuer la lecture de À la recherche du Forum de Valens : Jean Lassus au travail

Liaisons Dangereuses : Textes et archéologie. À la recherche du forum de Valens

Donald Wilber, on l’a vu, a joué un rôle déterminant dans l’élaboration d’un plan restitué d’Antioche antique en décembre 1935, en collaboration étroite avec Glanville Downey1. Leurs échanges continuent dans les semaines qui se suivent. Le 12 janvier 1936, Wilber écrit à Campbell :

On Friday Downey gave me his translation of the material on the Forum of Valens. I sat down rather idly to see if it should be turned into a sketch and see what happened. Everything seemed to fit together and the results seem so excitinng that I am sending you one of the rough sketches. I believe the location of all the buildings in relation to each other to be really accurate — and of course each the type of each is known. This emphasizes still more the fact that this large area must be tackled.

Continuer la lecture de Liaisons Dangereuses : Textes et archéologie. À la recherche du forum de Valens
  1. https://huort.hypotheses.org/164 []

Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (6)

Glanville Downey au travail (1935-1937)

cartons Downey

À partir de 1935, on l’a vu , le projet d’Index Antiochenus est abandonné (https://huort.hypotheses.org/136). Les textes sont toujours censés jouer un rôle essentiel dans la détermination des objectifs et l’interprétation du travail de terrain, mais c’est désormais Downey qui a pris en main l’étude de l’ensemble des source écrites antiques et médiévales, et la méthode a changé. Deux boîtes, parmi les archives conservées à Princeton, contiennent les traces matérielles de ce travail.

Continuer la lecture de Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (6)

Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (5)

Épisode cinq : « The present state of old Antioch »

Le 19 juin 1935, Morey écrit à Campbell, qui se trouve à Antioche où la mission a commencé en mars, pour lui réclamer un plan du site : il doit présenter à l’automne une conférence devant les membres de la société archéologique de Princeton et voudrait pouvoir l’illustrer. Le 12 juillet 1935, Campbell annonce à Morey que la réalisation d’un relevé topographique d’ensemble des zones fouillées est prévue et que ce relevé lui sera envoyé à l’automne. Le travail a été confié à Apostolos Athanassiou, dessinateur-topographe, membre local permanent de la mission.

Continuer la lecture de Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (5)

Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (4)

Quatrième billet d’une série consacrée aux fouilles d’Antioche sur l’Oronte de 1932 à 1939 (voir https://huort.hypotheses.org/49).

Épisode quatre : septembre 1934-mars 1935. L’abandon du projet d’Index ?

La mission d’automne, qui commence en septembre 1934, se déroule en l’absence de Campbell. Elle est dirigée par Lassus.  Le 26 septembre ,  ce dernier écrit à Morey qu’il n’a pas encore trouvé les portiques qu’il cherche le long de la rue principale.

Pendant ce temps, le travail de préparation du deuxième volume de la série Antioch-on-the-Orontes se poursuit. Le 22 octobre, Downey, qui se trouve à Athènes, confirme à Campbell que l’Index est très loin d’être publiable.

« The Index as it is now is completely unfit to be published and the revision for publication would be a long and difficult job.»

Continuer la lecture de Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (4)

Liaisons Dangereuses: textes et archéologie (3)

Troisième billet d’une série consacrée aux fouilles d’Antioche sur l’Oronte de 1932 à 1939 (voir https://huort.hypotheses.org/49).

Épisode trois : 25 janvier 1933-14 août 1934

Le 25 janvier 1933, Fisher écrit à Morey pour préparer la prochaine campagne, qui aura lieu au printemps. Il réclame l’envoi des données réunies par Stinespring dont, dit-il, il a pu lire une partie et qui seront certainement d’un apport immense pour la fouille. S’agit-il de l’Index Antiochenus ou de la thèse de Stinespring ? Ce n’est pas très clair. Quoi qu’il en soit, au début de la mission, Stinespring passe en personne à Antioche, et Kraeling écrit le 10 avril à Morey que le jeune arabisant est certain d’avoir identifié le site de l’ « église de Sainte Ashmunit », qui ne serait autre qu’une ancienne synagogue1 :

« (…) the old Church of St. Ashmunit, which, as you recall, was the old Synagogue of the Hasmonean Lady and her seven martyrs son, transformed into a Christian Church »

Kraeling demande donc à Morey de faire en sorte que des vérifications puissent être faites sur le terrain durant la campagne de fouilles.  La lettre a été transmise par Morey à Campbell, avec une note manuscrite lui laissant toute latitude à ce propos.

Continuer la lecture de Liaisons Dangereuses: textes et archéologie (3)
  1. Ce qui est faux, voir Saliou, C., « À propos de quelques églises d’Antioche sur l’Oronte », Topoi Orient – Occident, 19, 2014, p. 629‑661. []

Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (2)

Deuxième billet d’une série consacrée aux fouilles conduites à Antioche sur l’Oronte de 1932 à 1939.

Épisode deux : première rencontre avec le terrain (22 décembre 1931-juin 1932)

Clarence S. Fisher (1876-1941) était membre de l’American School of Oriental Research. Il avait déjà travaillé sur de nombreux sites du Proche-Orient, notamment à Gerasa (Jérash). Morey lui adresse une longue lettre le 22 décembre 1931.  Il lui présente chacun des membres de l’expédition, parmi lesquels Glanville Downey,

 « a brillant student of Classics, who already has some publication at his credit, and who is engaged in indexing the pagan authors for references to Antioch ».

Continuer la lecture de Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (2)

Liaisons Dangereuses : textes et archéologie

Peu de sites incitent autant à réfléchir sur les relations entre textes et archéologie que celui d’Antioche de Syrie. L’importance de l’apport des sources écrites pour la connaissance des états anciens de la ville est bien connue, et les difficultés de l’exploitation de ces sources ont souvent  été soulignées. On aura certainement l’occasion d’y revenir dans d’autres billets, d’autant plus qu’une des fonctions de ce carnet est d’accompagner des travaux engagés dans le cadre de la réalisation d’un dictionnaire topographique fondé en partie sur le dépouillement des sources écrites, le Lexicon Topographicum Antiochenum.  Toutefois, il est question ici d’un autre projet, intitulé l’Index Antiochenus — et qui ne doit en aucun cas servir de modèle au Lexicon, même s’il semble le préfigurer.

Continuer la lecture de Liaisons Dangereuses : textes et archéologie

Malalas et le Charonion

En ces temps d’épidémie, revenons sur ce que Malalas dit du Charonion d’Antioche. Dans le cadre de son récit du règne d’Antiochos IV Épiphane (175-164 av. J.-C), Malalas mentionne une sculpture rupestre monumentale qu’il désigne comme le Charonion

« (…) alors que sévissait une épidémie (λοιμοῦ) et que beaucoup de gens de la cité étaient morts, un certan Lèïos (Laïos), un magicien, ordonna qu’un rocher de la montagne au-dessus de la ville soit sculpté de façon à porter un très grand buste (προσωπεῖον),  couronné, dominant  la cité et la vallée (τὸν αὐλῶνα). Et en y gravant certains mots il fit cesser les ravages de l’épidémie. Ce buste, les Antiochéens l’appellent jusqu’à nos jours « Charônion (Χαρώνιον) ».

 (Malalas VIII, 21. Texte grec : éd. Thurn,  2000, CFHB 35).

La notice de Malalas a été reprise et adaptée au XIIe s. par Tzetzes, dans son commentaire à l’Iliade.

Une telle sculpture (5,40 x 6, 90 m)  est encore visible de nos jours à Antakya.

Sculpture rupestre, Antioche. Photographie Grégoire Poccardi.
Continuer la lecture de Malalas et le Charonion

pour commencer…

Au deuxième semestre de l’année universitaire 2019-2020, le séminaire « Histoire urbaine de l’Orient romain tardif » devait être consacré à Malalas et Antioche. De très nombreuses villes portent le nom d’Antioche. Ici il s’agit d’Antioche sur l’Oronte, capitale de la province romaine de Syrie, actuelle Antakya, en Turquie. Quant à Malalas, il s’agit de l’auteur, au VIe s. apr. J.-C., d’une Histoire universelle dans laquelle Antioche tient une place importante. Sur cet auteur comme sur la ville d’Antioche, les recherches sont nombreuses et la bibliographie imposante.  En voici un aperçu.

Continuer la lecture de pour commencer…

Histoire urbaine de l’Orient romain tardif

Ce carnet de recherche accompagne et prolonge les travaux menés autour du séminaire « Histoire urbaine de l’Orient romain tardif » animé par Catherine Saliou à l’École Pratique des Hautes Études. L’objet de ce séminaire est l’histoire urbaine, sous tous ses aspects (histoire de l’espace urbain, histoire économique, administrative, sociale et culturelle de la ville, histoire des relations entre villes et territoires), dans la partie orientale du monde romain du IIIe au VIIe s. apr. J.-C. Les thèmes abordés concernent plus précisément l’apport des sources écrites, qu’elles soient littéraires ou documentaires, à l’étude des paysages urbains et de leurs processus de constitution et d’évolution. Un accent particulier est mis sur l’histoire de l’espace urbain d’Antioche sur l’Oronte, à partir d’un projet collectif de dictionnaire topographique (Lexicon Topographicum Antiochenum). Le public visé est constitué par les auditeurs habituels ou occasionnels du séminaire, les participants au projet de Lexicon Topographicum Antiochenum, et les étudiants et chercheurs intéressés par l’histoire urbaine ou par l’histoire de l’Orient romain tardif.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search