Liaisons Dangereuses: textes et archéologie (3)

Troisième billet d’une série consacrée aux fouilles d’Antioche sur l’Oronte de 1932 à 1939 (voir https://huort.hypotheses.org/49).

Épisode trois : 25 janvier 1933-14 août 1934

Le 25 janvier 1933, Fisher écrit à Morey pour préparer la prochaine campagne, qui aura lieu au printemps. Il réclame l’envoi des données réunies par Stinespring dont, dit-il, il a pu lire une partie et qui seront certainement d’un apport immense pour la fouille. S’agit-il de l’Index Antiochenus ou de la thèse de Stinespring ? Ce n’est pas très clair. Quoi qu’il en soit, au début de la mission, Stinespring passe en personne à Antioche, et Kraeling écrit le 10 avril à Morey que le jeune arabisant est certain d’avoir identifié le site de l’ « église de Sainte Ashmunit », qui ne serait autre qu’une ancienne synagogue1 :

« (…) the old Church of St. Ashmunit, which, as you recall, was the old Synagogue of the Hasmonean Lady and her seven martyrs son, transformed into a Christian Church »

Kraeling demande donc à Morey de faire en sorte que des vérifications puissent être faites sur le terrain durant la campagne de fouilles.  La lettre a été transmise par Morey à Campbell, avec une note manuscrite lui laissant toute latitude à ce propos.

Il s’agit de la seule allusion à l’Index Antiochenus dans la correspondance de 1933. Le projet n’est cependant pas abandonné, il est au contraire dûment signalé dans une présentation des travaux conduits à Antioche  publiée dans The Princeton Alumni Weekly (XXXIV, n° 21, p. 464). En outre, Morey a un échange épistolaire, les 25 et 31 octobre, avec un spécialiste des croisades, John L. La Monte, qu’il a contacté pour pour lui demander de préparer ce qu’il appelle une « bibliographie », qui fait partie à ses yeux du même projet.

Les travaux archéologiques reprennent au printemps 1934. L’expédition est désormais dirigée par Campbell. Le 26 mars, ce dernier fait part à Morey de son projet de fouiller un secteur situé dans la partie sud-est de la ville, à l’intérieur des remparts, et qui doit correspondre, d’après lui, à l’antique Epiphania. Le 21 avril, il lui signale la possibilité d’identifier le bain de « Gê et des Karpoi » au bain construit par l’empereur Valens :

« If we can identify it as the bath Valens built near the Hippodrome, we shall have another known building »

Il s’agit toujours de reconnaître, dans la topographie actuelle ou parmi les vestiges mis au jour, ce que l’on connaît déjà par les textes.

Dans les deux cas, l’archéologue utilise sa propre connaissance des données des sources écrites.  Un peu plus tard cependant, il est à  nouveau question de l’Index. Le 11 mai, Downey, sollicité par Campbell à propos de la nécropole en cours de fouilles au sud de la ville, lui fournit un certain nombre de références bibliographiques et de sources. Il lui avoue cependant que seule une de ces références provient de l’Index — et encore, qu’elle lui semble problématique:

« I do not know how much the passage in Libanius means — for the moment I am completely mystified by it. There is nothing at all, in my index, which is of any help, except the passage in Libanius, so that any references to the Daphnetic gate and to the cemetery would have to come out of the articles I have mentioned. »

John L. La Monte continue quant à lui ses travaux de dépouillement, comme en témoigne une lettre qu’il adresse à Morey le 15 mai. Morey prévoit en effet de consacrer une partie du volume II de la série Antioch-on-the-Orontes à l’Index. Sollicité, Kraeling se montre peu enthousiaste. Dans la lettre qu’il adresse à Morey le 30 mai, il demande si l’index doit prendre la forme d’un index auctorum, ou d’un index rerum. Un index auctorum (un simple dépouillement, auteur par auteur), serait faisable, mais sans grand intérêt. La publication d’un index rerum (regroupant les données par matière) serait prématurée : la poursuite du travail impliquerait en effet nécessairement des corrections et des renvois, avec un coût éditorial élevé. Au demeurant, lui-même a d’autres priorités pour l’année à venir. Le 7 juin, Morey lui propose de réduire le projet d’Index Antiochenus à une bibliographie et à une prosopographie.

Le 18 juillet, Morey accuse réception du travail de John L. La Monte, mais l’avertit aussi que sa publication pourra être quelque peu retardée, en fonction de la date à laquelle les autres participants au projet seront en mesure d’envoyer leur propre contribution. Le 30 juillet, Downey envoie de son côté quelques notes tirées de Libanios, relatives aux liturgies :

« Enclosed are some notes for the Antioch Index on passages chiefly on Libanius which I do not think are now included in the Index. I think all of these are marked so that they can be filled easily. If there is no separate sections now on ‘Liturgies’, these slips can be placed under ‘Administration’. »

Ainsi le travail de réalisation de l’Index est bien en cours, il concerne non seulement la topographie, mais aussi l’histoire et l’administration d’Antioche, et, au moins en ce qui concerne la partie fondée sur les auteurs  « païens », il se trouve physiquement à Princeton. Downey y travaille activement : dans une lettre adressée à Campbell le 2 août, il dit avoir envoyé trois fiches à Morey, et il envoie  de nouvelles références à Morey le 14 août, en lui signalant qu’il a a aussi tranmises à Campbell celles qui concernaient le théâtre de Daphné.

Cite this article as: Catherine Saliou, "Liaisons Dangereuses: textes et archéologie (3)," in HUORT, 15/04/2020, https://huort.hypotheses.org/117.
  1. Ce qui est faux, voir Saliou, C., « À propos de quelques églises d’Antioche sur l’Oronte », Topoi Orient – Occident, 19, 2014, p. 629‑661. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.