Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (4)

Quatrième billet d’une série consacrée aux fouilles d’Antioche sur l’Oronte de 1932 à 1939 (voir https://huort.hypotheses.org/49).

Épisode quatre : septembre 1934-mars 1935. L’abandon du projet d’Index ?

La mission d’automne, qui commence en septembre 1934, se déroule en l’absence de Campbell. Elle est dirigée par Lassus.  Le 26 septembre ,  ce dernier écrit à Morey qu’il n’a pas encore trouvé les portiques qu’il cherche le long de la rue principale.

Pendant ce temps, le travail de préparation du deuxième volume de la série Antioch-on-the-Orontes se poursuit. Le 22 octobre, Downey, qui se trouve à Athènes, confirme à Campbell que l’Index est très loin d’être publiable.

« The Index as it is now is completely unfit to be published and the revision for publication would be a long and difficult job.»

Il le répète à Morey  le 23 octobre, tout en lui envoyant quelques références supplémentaires.

« As you know, the Antioch Index as it exists now is, in method and style, rather aphazard. My whole object in making it was to get together as much material as possible in as short a time as possible, and as a result the entries are not uniform. Thus the whole thing would have to be gone over carefully and the time involved would be considerable. »

Il ajoute qu’il lui faudrait au moins six mois de travail à temps plein rien que pour réunir les textes littéraires. Il souligne aussi les difficultés causées par la disparité des sources : l’abondance des données fournies par Libanios, Chrysostome et Malalas impliquerait de faire une sélection drastique des passages les plus pertinents, ou alors de se résigner à  réimprimer la moitié de Malalas (sic), à moins de tout bonnement renoncer à citer ces sources et de ne conserver que les passages dispersés dans les autres auteurs, plus difficiles d’accès. Dans un long post-scriptum manuscrit, toutefois, il revient sur ses propos, fondés, comme il l’explique sur le présupposé que la parution de Antioch-on-the-Orontes II était prévue pour être très rapide. Si les délais sont plus longs, rien ne s’oppose à la publication de l’Index, à condition de renoncer à reproduire les textes eux-mêmes et de se contenter d’en donner les références et de brèves analyses en anglais.

L’Index, cependant, est toujours censé servir à guider les fouilles : le 3 novembre, Morey fait envoyer à Lassus, au travail sur le terrain, un  groupe de références. Seule est conservée la lettre accompagnant l’expédition, nous ne savons pas de quelles références il s’agissait exactement ni sous quelle forme elles étaient présentées, mais il est bien précisé qu’elles sont tirées de l’Index.

 Par ailleurs Antioch-on-the-Orontes I est désormais paru : chacun peut y lire le travail des autres. Le 8 novembre, Downey signale à Morey les insuffisances du travail de Lassus sur les sources dans son commentaire de la bordure topographique de la mosaïque de Yakto : l’archéologue français s’appuierait en réalité essentiellement sur l’ouvrage de C. O. Müller. Downey exprime les mêmes critiques, de façon beaucoup plus vigoureuse, dans une  lettre qu’il adresse deux jours plus tard à Campbell, où il  rappelle qu’il avait demandé à participer à la relecture des manuscrits et que cela lui a été refusé.

Morey de son côté écrit à Lassus, le 19 novembre, qu’il prévoit de consacrer un  volume de la série Antioch-on-the-Orontes aux sources écrites.

La mission s’achève en décembre 1934.  D’Alep, le 26 décembre, Lassus envoie une longue lettre à Morey, où il revient sur la stratégie de publication. Il souligne en particulier que les « recherches préliminaires (…) de bibliothèque », risquent d’être infirmées par les résultats des fouilles.

Extrait d’une lettre de Jean Lassus à Charles Rufus Morey, 26 décembre 1934

C’est peut-être durant les semaines ou les mois qui suivent que le projet d’Index est abandonné, du moins sous sa forme initiale, qui semble avoir été celle d’un fichier destiné à être publié sous la forme d’une sorte de catalogue — c’est du moins ce que suggèrent les échanges épistolaires entre les protagonistes car de cet Index nous n’avons retrouvé pour l’instant aucune trace concrète. En tout cas, le 3 mars 1935, Downey envoie à Morey, non pas des références à insérer dans l’Index, comme nous l’avons vu faire précédemment, mais une lettre assez détaillée sur des passages de Libanios et de Malalas relatifs au séjour à Antioche d’un danseur nommé Pâris.  Il ajoute qu’il vient de trouver dans l’œuvre de Libanios de nouveaux éléments sur l’extension du rempart sous le règne de Théodose II et qu’il s’apprête à rédiger une synthèse sur le sujet.

« … and I am taking advantage of a semi-rainy Sunday to get some other things cleared up before I write up the matter of the walls ».

Le travail sur les sources écrites se poursuit donc, sous une forme différente. Mais bientôt, Morey va avoir une nouvelle idée…

Cite this article as: Catherine Saliou, "Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (4)," in HUORT, 21/04/2020, https://huort.hypotheses.org/136.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.