Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (5)

Épisode cinq : « The present state of old Antioch »

Le 19 juin 1935, Morey écrit à Campbell, qui se trouve à Antioche où la mission a commencé en mars, pour lui réclamer un plan du site : il doit présenter à l’automne une conférence devant les membres de la société archéologique de Princeton et voudrait pouvoir l’illustrer. Le 12 juillet 1935, Campbell annonce à Morey que la réalisation d’un relevé topographique d’ensemble des zones fouillées est prévue et que ce relevé lui sera envoyé à l’automne. Le travail a été confié à Apostolos Athanassiou, dessinateur-topographe, membre local permanent de la mission.

Deux plans seront réalisés, concernant respectivement Daphné et Antioche, sur des fonds quadrillés facilitant le repérage des monuments et des sondages. Le plan de Daphné est daté du 11 septembre (cf. http://vrc.princeton.edu/researchphotographs/s/antioch/item/16150). Le 26 septembre Apostolos Athanassiou dresse à l’attention de Campbell un bilan de son travail et des difficultés qu’il a rencontrées.

De son côté, Downey, revenu d’Athènes et désormais installé à Princeton, est en train de traduire la description d’Antioche qui figure dans le discours XI (Éloge d’Antioche) de Libanios, comme il le signale à Campbell dans une lettre datée du 18 octobre. Il s’étonne au reste que personne n’ait jamais relevé l’indication du sophiste sur le caractère circulaire de l’île, ou cherché à exploiter sa description du temple d’Apollon à Daphné.

Athanassiou envoie à Princeton les plans de Daphné et d’Antioche le 21 octobre. Le plan d’Antioche conservé dans les archives de Princeton est découpé en plusieurs feuilles et accompagné d’un plan d’assemblage. Une version en format réduit illustre le rapport annuel. Il s’agit du plan intitulé « Antioch and vicinity. Excavations of 1932-5 », qui sera ensuite mis à jour au fil de la progression des travaux.

Field report 1935, fig. 2.

Ce plan est une carte archéologique, qui va servir de base à l’élaboration, à Princeton, d’un document d’une toute autre nature.

Le 5 décembre 1935, Donald Wilber envoie à Campbell un plan restitué d’Antioche (voir http://vrc.princeton.edu/researchphotographs/s/antioch/item/16144).

Donald Wilber est un personnage peu banal. Né en 1907, il a étudié l’architecture à Princeton, où ses qualités l’ont fait remarquer. Il a donc été associé à l’équipe antiochéenne et a participé aux missions de 1934 et 1935. Il deviendra ensuite un spécialiste de l’architecture islamique iranienne et surtout un membre important de la C.I.A. Dans ses mémoires1, il écrit :

I produced a restored plan on Antioch based on literary evidence and supported by our digs

Wilber 1986, p. 67.

Sa lettre du 5 décembre permet de mieux comprendre le processus d’élaboration de ce plan.

Enclosed is a photostat copy for you of the present state of old Antioch (…) Downey and I with Friend doing (sic) some astonishing things with the ancient texts.

Ainsi, la réalisation du plan s’est appuyée sur les textes, et résulte d’un travail collectif effectué à Princeton et réunissant Wilber, Downey que nous connaissons déjà, et « Friend », qui ne peut être que le byzantiniste Albert M. Friend (https://arthistorians.info/frienda).

Wilber poursuit ainsi :

I believe that the only item of the plan which contradicts the results of digging is the position of the palace — and this may well have been built not as one unified plan but to include in its area baths, houses etc. (…)

Les difficultés de localisation du palais impérial signalées ici par Wilber s’expliquent peut-être par le décalage d’orientation mis en évidence par Grégoire Poccardi2 qui a montré que le plan restitué ne respecte pas sur ce point le relevé d’Athanassiadou. Wilber ajoute que Friend doit prononcer une intervention sur le plan d’Antioche dans le cadre d’un séminaire de « city planning » le mercredi suivant. Friend avait des centres d’intérêt multiples et a enseigné à des étudiants d’architecture. L’urbanisme ne semble toutefois pas faire partie de ses domaines de recherche. Il y a peut-être un lien entre ce qui semble être un pas de côté disciplinaire et le bref séjour de Le Corbusier à Princeton le mois précédent : ses conférences, qui ont notamment concerné le « city planning » semblent en effet avoir suscité un véritable engouement3.

Wilber reprend le fil de sa lettre :

Most of the work I have done here in Antioch has been on the topography of the city. I have been getting all the texts clearly fixed in my mind, especially to see that the ideas we have from digging about the island and about the city walls are not contradictory.

Il présente ensuite l’état de ses travaux sur le théâtre et sur le sondage 19-M de la rue principale, et réclame à son correspondant le plan cadastral:

We should have here in Princeton copies of a number of the cadastral map. As a beginning (Friend is most insistent on this point), I wonder if you could have Nick send over one of the sets of the town in the four sheets that fit together. With this it might be possible to make a good plan of all the ancient area around Parmenios and the colonnaded street. All the material you see around the Nymphaeum on the enclosed plan plus agoras forums and temples from literary references. Could this be done at once ? I should also like to have measured the actual distance from the bridge over Parmenios at the modern road to each of the city-gates (…)

L’importance attachée par Friend au plan cadastral mérite d’être relevée, elle témoigne d’une connaissance de méthodes d’étude de l’évolution des villes qui étaient à son époque tout à fait novatrices. Quoi qu’il en soit, il est clair que pour Wilber ce premier envoi n’est qu’une esquisse.

Dans une lettre que Wilber adresse à nouveau à Campbell le 15 décembre, il donne quelques précisions sur la conférence de Friend, qui a eu lieu le mercredi précédent, donc le 11 décembre, et a duré trois heures, et surtout formule un jugement définitif :

A definitely enlightening session

Le 20 décembre, Campbell répond à Wilber : il le remercie pour le plan restitué d’Antioche et exprime son regret de ne pouvoir entreprendre des fouilles sur une large échelle, de façon à pouvoir réellement étudier le plan de la ville. Il lui promet aussi l’envoi d’une copie du plan cadastral, car celle qui avait été apportée à Princeton en 1932 a dû disparaître.

Le plan envoyé à Campbell n’était cependant qu’une version préliminaire, et Friend, Downey et Wilber ont continué à travailler dans les jours qui ont suivi son expédition. Les archives de Princeton contiennent une copie, non datée, du plan du 1er décembre, annotée par Downey, et un autre plan, daté du 18 décembre : http://vrc.princeton.edu/researchphotographs/s/antioch/item/16145. C’est cette seconde version qui sera publiée par Morey dans les Proceedings of the American Philosophical Society, dans le cadre de la publication d’une communication prononcée le 24 avril 19364.

Morey 1936, fig. 1, p. 638.

Cet article remarquable dresse un bilan d’ensemble des donnés des textes et des découvertes effectuées sur le terrain. Morey précise bien que le plan qui l’illustre est le produit du travail de Downey, Friend et Wilber. On procèdera dans un autre billet à l’analyse de ce plan lui-même et de ses sources. Pour conclure, on se contentera ici de souligner que le plan reproduit en 1961 par Downey dans son ouvrage de synthèse5est pratiquement identique à celui qui fut élaboré entre à Princeton en quelques semaines entre la fin du mois d’octobre et le 18 décembre 1935.

,

Downey 1961,fig. 11.
Cite this article as: Catherine Saliou, "Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (5)," in HUORT, 13/05/2020, https://huort.hypotheses.org/164.
  1. Wilber, D.N., Adventures in the Middle East: excursions and incursions, [Princeton, N.J.], Darwin, 1986 []
  2. Poccardi Grégoire, « Antioche de Syrie. Pour un nouveau plan urbain de l’île de l’Oronte (Ville Neuve) du IIIe au Ve siècle », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité, vol. 106, n° 2, 1994, pp. 993‑1023. []
  3. Bacon, M., Le Corbusier in America: travels in the land of the timid, Cambridge, Mass., MIT Press, 2001., p. 100-101 []
  4. Morey, C.R., « The Excavation of Antioch-on-the-Orontes », Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 76, n° 5, 1936, pp. 637‑651 : fig. 1, p. 638. []
  5. Downey, G., A history of Antioch in Syria from Seleucus to the Arab Conquest, Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1961 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.