Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (6)

Glanville Downey au travail (1935-1937)

cartons Downey

À partir de 1935, on l’a vu , le projet d’Index Antiochenus est abandonné (https://huort.hypotheses.org/136). Les textes sont toujours censés jouer un rôle essentiel dans la détermination des objectifs et l’interprétation du travail de terrain, mais c’est désormais Downey qui a pris en main l’étude de l’ensemble des source écrites antiques et médiévales, et la méthode a changé. Deux boîtes, parmi les archives conservées à Princeton, contiennent les traces matérielles de ce travail.

Il ne s’agit plus d’établir un fichier sur cartes comme devait l’être l’Index Antiochenus : Downey rédige des notes portant soit sur des textes ou des groupes de textes déterminés soit sur des thèmes précis. Par exemple une note est consacrée au passage du moine byzantin Jean Phocas à Daphné en 1177, une autre aux tremblements de terre à Antioche aux IIe-Ier s. av. J.-C., etc. Ces études sont, pour la plupart d’entre elles du moins, envoyées à Antakya pour être mises à disposition des fouilleurs.

Les deux boîtes contiennent d’une part les notes elles-mêmes, d’autre part des listes recensant et présentant ces notes. Les notes ont fourni la matière d’articles (ainsi, une note intitulée « Imperial building records on Malalas » est en fait le manuscrit d’un article publié en 19381 )ou de développements dans l’ouvrage de 19612, en particulier dans le cadre des « topographical excursus ». Elles pourront faire l’objet d’études détaillées ultérieures, mais pour l’instant, plus excitantes sont les listes.  Elles permettent de comprendre comment Downey organisait  et concevait son travail.

Une liasse, paginée de façon continue (p. 1-17), regroupe plusieurs listes dactylographiées, élaborées à des moments différents par Downey lui-même.

La plus ancienne (p. 1-3) est datée du 20 juillet 1936. Il s’agit d’un inventaire  de  l’ensemble des travaux de Downey sur Antioche, avec l’indication de leur date d’achèvement, la mention de leur dépôt à Princeton et la cas échéant celle de l’envoi d’une copie à Antakya (ces envois font par ailleurs l’objet d’une liste dressée à part, réalisée en octobre 1936, et mise à jour en 1937). Le support (papier, copie carbone…) est scrupuleusement indiqué. Les travaux les plus anciens sont datés de l’automne 1935, et concernent les remparts et les portes, le rempart de Théodose et les constructions de Théodose II.   Les autres travaux sont datés de janvier 1936, du printemps de cette année, ou du mois de juillet pour les plus récents. La liste dactylographiée comporte des corrections manuscrites, qui sont autant de mises à jour. Par exemple, une note intitulée « On value of passages on Antioch in Procop. De Aed., with texts », est datée du 19 juillet 1936. Le titre et la date sont rayés, la mention « destroyed » barre l’indication du dépôt à Princeton. Les surcharges manuscrites signalent parfois une « révision » ou une « réédition » : ainsi, une note concernant le « Forum de Valens », datée du 8 janvier 1936, a été « révisée » en novembre-décembre 1936. 

Une liste complémentaire est établie en octobre 1936 (p. 4-5). Les indications qui accompagnent les titres des travaux ont été rédigées à la première personne par Downey. Des notes datées du 12 et du 14 novembre 1936,  puis du 4 et du 12 décembre sont ensuite ajoutées à l’inventaire (p. 6-7). Des mentions manuscrites sont portées à ces listes en 1937. L’inventaire dactylographié lui-même se poursuit en 1937 (p. 8-17) : la dernière note signalée, intitulée « List of churches in and near Antioch » date du 23 octobre 1937 (p. 17). Elle remplace une liste précédente, datée du 29 mars 1936, et dont la copie envoyée à Antakya a été perdue (p. 17). L’avant-dernière note (p. 16), est datée du 21 mars 1937.

Downey est à l’évidence dans une phase particulièrement dynamique et évolutive de son travail, et n’hésite pas à remettre ses notes sur le métier, parfois à plusieurs reprises. Par exemple, une « liste des tremblements de terre et autres désastres », datée du 2 janvier 1937, remplace une liste établie en mars 1936, qui constituait elle-même une version révisée d’une liste originale datée de février 1936. Dans de tels cas, les notes antérieures ont été le plus souvent détruites.

Les listes comportent parfois des indications sur les modalités de publication prévues pour telle ou telle note, sur les relations des notes entre elles, voire sur leur genèse ou leurs destinataires. Une note sur les sanctuaires de Babylas à Antioche et Daphné, datée du 24 février 1937, remplace des esquisses antérieures et prend en compte des suggestions faites par Lassus dans une lettre du 22 janvier 1937 (p. 12). Une note sur les aqueducs, datée du 8 mars 1937,  a été rédigée à la demande de Wilber (p. 13). Une  note intitulée « Problems in the History and Topography of Antioch », datée du 9 mars 1937, a été rédigée à l’intention exclusive des membres de l’équipe (p. 14 : « for the staff use only »). Une note datée du 21 mars 1937et consacrée aux travaux d’Hadrien à Daphné a été élaborée à la suite d’une discussion avec « R. S. » (Stillwell) et D. N. (Wilber) sur la datation du théâtre. À titre exceptionnel, une note précédente sur le même sujet, datée du 3 octobre 1936, a été conservée car tous les éléments n’en ont pas été repris dans la note de 1937, dont Downey précise qu’elle est conservée exclusivement à Princeton, et qu’aucune copie n’en a été envoyée à Antakya (p. 16).

Une note datée du 17 mars 1937 est consacrée aux sources littéraires concernant  les rues d’Antioche, et notamment la rue à colonnades. La présentation, développée sur toute une page, en est particulièrement intéressante (p. 15). Le point de départ a été une traduction des textes, opérée à l’automne 1935, et un résumé des opinions antérieures et des vues personnelles de Downey, rédigé au printemps 1936. Ces travaux préparatoires ont été détruits. Un moment important de la réflexion a été la conférence de Friend,  donnée le 11 décembre 1935, déjà évoquée dans le billet précédent (https://huort.hypotheses.org/136) et dont on apprend ici qu’il ne reste aucune trace écrite. Downey précise que la note de 1937 ne doit elle-même en aucun cas être considérée comme définitive et ajoute que pour la publication finale,  il pense conserver l’ordre d’exposition mais condenser la présentation historiographique.

Ainsi, la période qui s’écoule entre l’automne 1935 et l’automne 1937 — ou peut-être plutôt le printemps 1937 car aucune note ne semble avoir été rédigée entre le 21 mars et le 23 octobre — apparaît-elle comme une période particulièrement productive. Une étude détaillée du contenu des notes permettra de se faire une idée plus précise de la démarche scientifique de Downey et de vérifier l’hypothèse qui naît immédiatement à la lecture des listes: il semble bien que pour Downey l’essentiel du travail sur l’apport des sources écrites à la topographie s’achève en mars 1937, et que c’est ce travail qui nourrira, près de 25 ans plus tard, les considération sur la topographie de la ville développée dans A History of Ancient Antioche. On peut tout de suite remarquer que l’élaboration du « plan restitué » de la ville antique a eu lieu en décembre 1935, alors que cette phase de travail intense venait à peine de s’engager. Le cas particulier du « Forum de Valens », qui sera examiné dans les prochains billets, permettra de mieux saisir les modalités du dialogue entre textes et archéologie au sein de l’équipe.

Cite this article as: Catherine Saliou, "Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (6)," in HUORT, 01/06/2020, https://huort.hypotheses.org/209.

  1. Downey, G., « Imperial building records in Malalas », Byzantinische Zeitschrift, 38/1, 1938, pp. 1‑15. []
  2. Downey, G., A history of Antioch in Syria from Seleucus to the Arab Conquest, Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1961. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.