Liaisons Dangereuses : Textes et archéologie. À la recherche du forum de Valens

Donald Wilber, on l’a vu, a joué un rôle déterminant dans l’élaboration d’un plan restitué d’Antioche antique en décembre 1935, en collaboration étroite avec Glanville Downey1. Leurs échanges continuent dans les semaines qui se suivent. Le 12 janvier 1936, Wilber écrit à Campbell :

On Friday Downey gave me his translation of the material on the Forum of Valens. I sat down rather idly to see if it should be turned into a sketch and see what happened. Everything seemed to fit together and the results seem so excitinng that I am sending you one of the rough sketches. I believe the location of all the buildings in relation to each other to be really accurate — and of course each the type of each is known. This emphasizes still more the fact that this large area must be tackled.

Il y aurait beaucoup à dire sur ces quelques phrases et ce qu’elles révèlent du souci de Wilber de se mettre en scène, mais aussi de sa naïveté : certes, dans les textes qu’a utilisés Wilber figurent un certain nombre de termes spécialisés tels que « xyste », « plèthre », « basilique », mais de là à penser que ces termes renvoient réellement à un typologie architecturale fixe et précise, il y a un pas qu’aucun spécialiste sérieux de l’architecture antique — ou du moins des textes antiques sur l’architecture — ne saurait franchir. Quoi qu’il en soit, le dessin joint à la lettre doit être soit une esquisse du plan ci-dessous, soit ce plan lui-même.

ANT_DR_0555
Photograph courtesy of Visual Resources Collection, Department of Art and Archaeology, Princeton University (http://vrc.princeton.edu/researchphotographs/s/antioch/item/55914)

Le plan est d’une précision qui lui confère un grand réalisme. Il ne faut pas s’y tromper cependant : aucun des édifices qui y figurent n’a été vu sur le terrain. Il s’agit d’une transposition visuelle d’indications fournies par le chronographe Malalas. Dans son histoire universelle, qu’il rédige au VIe s. apr. J.-C., Malalas décrit de façon détaillée l’aménagement d’un forum par l’empereur Valens, sur une aire dallée construite au-dessus du torrent Parménios. Dans les chapitres qui précèdent, à partir du récit du passage de Jules César à Antioche, le chronographe a mentionné, à diverses occasions, plusieurs édifices situés à l’emplacement du futur forum ou à ses alentours. Il est donc tentant de reconstruire mentalement l’ensemble du secteur.

C.O. Müller, en 1839, avait déjà proposé une première restitution graphique.

C. O. Müller, Antiquitates Antiochenae: commentationes duae, Gottingae, Dieterich, 1839. Plan (détail).

Les archives de la mission archéologique contiennent également un croquis réalisé sur papier calque, qui n’est ni daté ni signé mais que son écriture invite à attribuer à John W. Lincoln et qui doit donc dater de 1933, année durant laquelle cet architecte était membre de la mission.

ANT_DR_0027 (détail). Photograph courtesy of Visual Resources Collection, Department of Art and Archaeology, Princeton University

Wilber n’est donc pas le premier à s’être livré à ce travail de visualisation, mais ses prédécesseurs n’avaient pas poussé si loin le réalisme.

Downey de son côté continue son travail sur les textes concernant ce forum durant une partie de l’année 1936. Le 9 mai, il écrit à Campbell

I have also turned up some new evidence for the Forum of Valens, which does not change our present reconstruction but rather confirms it; and this new evidence will require the all-rewriting of all my notes on the Forum

En effet les archives Downey2 comportent un gros dossier consacré au Forum de Valens. Il témoigne d’un travail commencé en novembre 1935. Les notes rendant compte de cette première étape du travail, rédigées en décembre 1935 et janvier 1936 (et qui sont donc celles qui ont nourri la restitution graphique de Wilber) ont été détruites et remplacées par des notes écrites en novembre et décembre 1936, et datées du 12 janvier 1937. Ces notes elles-mêmes seront reprises et révisées en janvier 1938.

Quoi qu’il en soit, la tâche de retrouver sur le terrain ce Forum de Valens dont on avait déjà le plan fut confiée à Jean Lassus.

L’archéologue français avait engagé une série de sondages le long de la rue principale. Dans une lettre adressée le 13 mai 1936 à Morey, Campbell souligne l’intérêt de ces sondages pour les recherches topographiques conduites à Princeton par Friend et Downey. Mais ce n’est qu’à l’occasion de la préparation de la campagne de 1937 qu’il fut décidé de passer commande à Lassus de la découverte du Forum de Valens.

En 1937, en l’absence de Campbell, c’est Lassus qui devait assurer la direction de l’expédition. Les objectifs scientifiques n’en devaient pas moins être fixés à Princeton et c’est ce qui fut fait. Le 17 février 1937, Stillwell écrit à Campbell qu’il est en train de travailler avec Wilber sur le plan du site au 1/2000, et de réfléchir en particulier aux premiers résultats des sondages de la rue principale et à leur prolongement possible. Un objectif essentiel lui semble être de déterminer avec précision le point où cette rue change d’orientation. Il prie Campbell de demander à Lassus de modifier son propre programme en fonction de ces réflexions, et évoque l’organisation d’une réunion de travail à Princeton.

Le 1er mars 1937, Campbell adresse à Lassus une longue lettre, dans laquelle il aborde des questions financières, administratives, mais aussi scientifiques :

Program of work

Before Fred3 sailed I went to Princeton to meet him and Dick Stillwell on the work for the year at Antioch. Professor Friend and Glanville Downey have been working with Dick Stillwell in putting together all the topographical information from the excavation and from ancient literature on a large map of Antioch.

La réunion de travail évoquée par Stillwell a donc bien eu lieu, entre le 17 février et le 1er mars. Au passage, soulignons que le témoignage de Campbell confirme encore une fois le rôle joué par Friend dans le travail mené à Princeton sur la topographie antiochéenne.

Le « grand plan’ (large map) auquel fait allusion Campbell ne semble malheureusement pas avoir été conservé.4 Campbell poursuit :

They found very good reasons for locating the Forum of Valens in the place indicated on the map sent to you with Fred on which I wrote the latest suggestions for a spring campaign. I hope you will understand that these suggestions are not intended by me to tell you where to dig. They are rather to give you the benefit of research at Princeton so that you can culminate your work on the Main Street by finding the Forum of Valens. (…)

C’est donc, semble-t-il, dans le cadre de la réunion organisée par Stillwell qu’est apparu ou que s’est précisé le projet de « retrouver » le Forum de Valens à partir de l’un des sondages effectués le long de la rue principale (projet apparemment absent des préoccupations de Stillwell le 17 février). Le plan joint à la lettre ne semble pas non plus avoir été conservé.

Après avoir adjuré Lassus de se conformer à ses recommandations, Campbell conclut :

We are all watching hopefully for you to find the Forum because then the real excavation of Antioch will begin.

Ce qu’il advint de ces espérances, on le verra à l’occasion d’un prochain billet.

Cite this article as: Catherine Saliou, "Liaisons Dangereuses : Textes et archéologie. À la recherche du forum de Valens," in HUORT, 29/06/2020, https://huort.hypotheses.org/241.

  1. https://huort.hypotheses.org/164 []
  2. Cf. https://huort.hypotheses.org/209. []
  3. Frederick Waagé, membre de la mission. []
  4. Le plan restitué d’Antioche, sous la forme sous laquelle il a été publié par Morey en 1936, puis presque sans changements, par Gl. Downey en 1961, a été élaboré, on l’a vu, en décembre 1935. On a vu aussi que Gl. Downey s’était livré à un intense travail sur les textes entre l’automne 1935 et le printemps 1937. Le « grand plan » devait rendre compte de ce travail. Les archives contiennent bien un exemplaire du plan restitué de 1935, dans sa version publiée par Morey, annoté de la main de Downey (Ant_DR_0025), mais il est douteux que ce document puisse être identifié au grand plan de synthèse auquel fait allusion Campbell, qui devait être à l’échelle 1/2000 s’il s’agit du même plan que celui qu’évoque Stillwell. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.