À la recherche du Forum de Valens : Jean Lassus au travail

Pour comprendre le déroulement des fouilles, il ne faut pas se limiter à la correspondance, mais mettre à profit les archives des fouilles elles-mêmes. Outre le fonds photographique et les fiches d’objets, trois grands types de documents sont disponibles :

  • les rapports dactylographiés (fieldreports), synthétiques, illlustrés de tirages photographiques,  rédigés à  l’issue de chaque mission, et qui ont fourni la matière du chapitre « Outline of the campaigns » des volumes publié ;
  • les journaux  de mission (diaries), tenus par le « Field director », également illustrés de photographies, qui retracent sur un rythme bimensuel les activités de la mission et sont régulièrement envoyés à Princeton durant le cours de l’expédition ;
  • les carnets de terrain (fieldbooks), manuscrits, tenus par les responsables de secteur.

Lassus ouvre le carnet de terrain consacré au sondage qu’il entreprend au printemps 1937 dans le secteur 17-O par ces mots  :

17-O

Nous recevons de M. Campbell une invitation expresse à ouvrir une tranchée qui commence sous cette appellation. D’après les renseignements topographiques fournis par les auteurs antiques et analysés par M. Downey, on croit trouver ici, en s’aidant d’un tell léger qui figure au plan cadastral

un temple

les bains de Commode.

Les études que j’ai poursuivies sur la rue principale me font croire que la rue transversale venant de l’omphalos coupait dans cette région la ville en deux parties. Je ne suis donc pas mécontent de cette injonction.

Remarquons tout de suite que la rue partant de l’omphalos peut avoir été arrêtée après un bloc pour laisser place à l’ensemble de monuments groupés autour du Forum de Valens. Je suis tenté néanmoins d’inclure ce forum et toutes ses dépendances entre le Nord de cette route et ma fouille de 16P, les éléments de sculpture décorative découverts là représentant le bâtiment qui bordait le Forum au Nord.

Nous verrons bien.

Comment Lassus pouvait-il avoir reçu une commande aussi précise ?

Une lettre dactylographiée, non datée — mais très probablement rédigée en février 1937 — adressée par Downey à Campbell, permet de le comprendre1. Cette lettre donne les résultats d’une séance de travail entre « Bert » (Friend) et Downey. Il s’agit certainement d’une séance de peu antérieure à la réunion plénière organisée entre le 17 février et le 1er mars2. Friend et Downey ont réfléchi à partir d’un plan cadastral de la ville actuelle, des résultats des fouilles précédentes et des données des textes, et proposent ainsi une mise en place virtuelle du « Forum de Valens » sur le terrain. La lettre de Downey devait être accompagnée d’un plan ou d’un croquis, auquel elle fait référence, mais qui semble perdu. Downey situe le temple de Zeus mentionné dans les sources sur une petite colline (« slight mound » : c’est le « tell léger » de Lassus) en 17/18-0. Les « bains de Commode » devraient quant à eux se trouver entre ce temple et un édifice fouillé en 18-O et interprété d’abord comme le théâtre, puis comme le « Plèthre », connu non seulement par Malalas, mais aussi par Libanios. Downey conclut en expliquant

I feel (…) that a long trench runs due E & W across the smal hill, on the line between 17 and 18 and extending toward h would be sure to pick up something.

En l’absence du plan joint à la lettre, il est difficile de savoir à quoi correspond ce « h ». Quoi qu’il en soit, cette lettre aide à comprendre pourquoi Lassus fut chargé de chercher un forum là où il ne pensait pas lui-même le trouver, et plus précisément, de mettre au jour un temple et des bains.

Fieldbook Jean Lassus, 1937, secteur 17O. page 2. Portrait du propriétaire d’un terrain ?

Lassus n’obéit pas sans protester. Dans une lettre du 29 mars, adressée à Stillwell, il explique :

Je vais entreprendre la fouille que me demande Sandy, à l’endroit où vous pensez trouver les bains de Commode. Si 16P est trop au nord, le site est trop au sud pour que nous puissions espérer déboucher sur le Forum. J’abandonne, pour suivre ces indications, une partie du programme que je m’étais fixé : je regrette, ici encore, de n’avoir pas été consulté à un moment où j’aurais pu répondre, et de n’avoir que les renseignements les plus limités sur les raisons qui vous ont amenés à ce choix

Le même jour, Lassus s’indigne aussi, par lettre, auprès de Campbell.

Are you sure it is extremely fair to change my program, even by simple suggestion, without asking before for my advice ?

Il souligne qu’à son avis l’emplacement choisi est trop au sud par rapport au Forum, et qu’il avait lui aussi des idées sur la meilleure façon d’atteindre le Forum de Valens (Il lui indiquera ce qu’aurait été son plan de travail dans une lettre qu’il lui enverra à la fin de la mission, le 22 mai).

Les deux collègues de Lassus lui répondent quelques semaines plus tard. Le 20 avril, Stillwell se justifie en donnant quelques indications supplémentaires sur la séance de travail de février, organisée dans la fièvre avant le départ de Waagé pour Antioche. On apprend ainsi que Baldwin Smith, qui enseigne l’histoire de l’art à Princeton depuis 1916, s’est également joint à cette réunion. Le 22 avril, Campbell revient à son tour sur les conditions et le calendrier d’organisation de cette rencontre, empêchant toute concertation avec Lassus avant le début de son séjour à Antioche. Un argumentaire plus détaillé, qui ne semble pas avoir été conservé, devait être joint à sa lettre.

Quoi qu’il en soit, les travaux ont commencé dans les premiers jours d’avril 1937. Il n’est pas question ici de transcrire l’intégralité du carnet de fouilles ni d’en proposer une analyse détaillée. Signalons cependant que les croquis, dans ce carnet comme dans tous ceux que tenaient Lasssus, sont nombreux, et que les informations données par l’archéologue sur les propriétaires des terrains fouillés, dans ce carnet comme dans sa correspondance3, devraient permettre de les situer sur un plan cadastral. La documentation disponible doit ainsi permettre de reconstituer la stratigraphie et la planimétrie du secteur aux différentes phases repérées, et de les relier aux résultats des sondages effectués le long de la rue principale et aux travaux archéologiques plus récents effectués de l’autre côté de cette rue. Ce travail sortirait du cadre de ce blog, d’autant plus qu’il est en cours : Asa Eger s’y est attelé4. C’est fort heureux, car comme l’écrit le fouilleur , le 24 mai 1937 (p. 96 du carnet) :

.

C’est complexe.

La fouille se poursuivit au moins jusqu’au 8 juin 1937 (dernière date inscrite sur le carnet, p. 121). Lassus ne trouva ni temple ni bains.

Dans le journal (« Diary ») de la mission, qu’il tient en tant que responsable de l’expédition pour cette saison, Lassus signale l’ouverture de cette tranchée « samedi » (3 avril) sans cacher son scepticisme (p.  8). À la date du 5 avril, il signale que la première partie de la tranchée ouverte mesure 25x12m et que la surveillance des travaux est confiée au reïs Mahmoud (p.12). Le 12 avril, la tranchée est étendue de 12, 50 m (p. 16-17). Le 14 avril, elle atteint 50 m de longueur et 115 ouvriers y travaillent (p. 20). Lassus écrit :

Je n’en accroîtrai la longueur qu’après l’avoir explorée, dans ces dimensions, jusqu’au sol romain.

La tranchée est divisée en trois secteurs dont la fouille progresse à des rythmes différents (fouilles I, II, III).

Le 16 avril, Lassus achève une lettre adressée à Campbell, et consacrée essentiellement à des questions logistiques et financières, sur une pirouette :

And —confidentially—, I am not sure I will not find the hellenistic agora before the Forum of Valens.

Le 21 avril (p. 26), un niveau médiéval est reconnu, ou plutôt différents niveaux, auxquels, pense Lassus, il sera difficile d’attribuer des dates certaines, tant le matériel découvert est hétérogène. La page 27 manque apparemment. Le 24 avril (p. 29-30), les fouilleurs parviennent aux fondations d’édifices « du haut moyen âge » (début de la période islamique?), formant ce qu’il appelle le niveau II, et à un pavement de marbre en remploi qui doit être contemporain ou de peu antérieur. À la date du 27 avril, Lassus peut décrire de façon synthétique le niveau médiéval (niveau I) : il s’agit d’un fragment de quartier, avec une rue, des boutiques, des maisons (p. 31). La fouille se poursuit par la destruction de ce niveau (p. 34).

Le 1er mai (p. 35), le niveau III apparaît dans deux des secteurs fouillés. Ce niveau III est daté par Lassus du règne de Justinien. L’archéologue ne cache pas sa déception :

(Le niveau III) semble aussi complexe et aussi pauvre que les précédents (…). Les édifices dont les traces très pauvres et très confuses commencent à se dégager n’ont aucun caractère monumental. Il nous reste à espérer que le niveau romain aura plus de consistance et d’intérêt archéologique.

Le 7 mai (p. 39) le niveau romain est dégagé dans les fouilles I et II. Le ton devient désespéré :

Notre déception est grande (…). Il s’agit de constructions extrêmement médiocres — pauvres maisons, avec peut-être, vers l’Est, des boutiques donnant sur une grande cour (un peu comme dans un Khan médiéval). Les fondations sont semblables à celles de l’église de Kaoussié, par exemple — noyaux de basalte pris dans du ciment à base de cendres. Les murs sont plus pauvres encore ; ils sont faits de moellons à peine taillés, et c’est seulement à la fin de l’époque romaine que l’emploi d’un ciment dur leur donne quelque consistance. Dans ce plan confus, trois murs seulement — dont deux forment un angle droit, descendent un peu plus profondément et peuvent appartenir à l’époque hellénistique tardive.

Au-dessous du niveau de base de ces fondations — -6, 50m à -7m—, les tessons deviennent si rares que j’arrête la fouille, et emploie les ouvriers à détruire le niveau II de la fouille III. Peut-être serons-nous plus heureux. Je le souhaite, car conformément aux instructions reçues, le principal effort de la campagne avait été porté sur ce site.

Les choses ne s’arrangent pas les jours suivants. À la date du 11 mai, Lassus écrit (p. 42) :

En 17O un sondage profond, dans l’angle N.E. de la fouille II, n’a produit aucun résultat. Les murs médiévaux disparaissent, dans la fouille III.

Et le 15 mai (p.46) :

En 170, fouille III, les résultats semblent encore plus décourageants que dans les fouilles I et II : la cour qui s’étendait au delà des boutiques romaines, vers l’Est, semble s’étendre jusqu’au mur Ouest de la fouille IV ; aucune trace de construction n’apparaît, qu’une assise de noyaux de basalte sans consistance. La fouille n’a pas encore atteint, toutefois, le niveau des fondations profondes de la fouille II.

Une note manuscrite, au bas du feuillet, précise cependant :

Le 20 mai, nous y rencontrerons les restes d’un édifice antique de meilleure apparence.

Il s’agit d’un édifice identifié ultérieurement à un nymphée, dont la mise au jour commence en réalité dès le 18 mai (p.50-51). Le 25 mai , Lassus en propose une description d’ensemble (p.56-59). Il y distingue trois phases, qui se seraient succédé entre le Ier s. av. ou apr. J.-C. et le IVe ou le Ve s. apr. J.-C., et il conclut :

Quoi qu’il en soit, nous allons chercher à préciser la nature de cet édifice, son caractère monumental nous permet de croire qu’on pourra peut-être l’identifier, et s’en servir ensuite pour l’étude topographique de la région.

Le 28 mai (p.62-63), commence la destruction des édifices médiévaux de la fouille IV. Il s’agit de terminer la tranchée afin de préciser le contexte du nymphée de la fouille III et de pouvoir l’étudier plus complètement. Mais le mercredi 2 juin, Lassus ne peut que constater que les résultats sont décevants (p. 66). Les fouilleurs ont simplement dégagé un sol de ciment d’époque romaine. Un apport important des travaux concerne la microtopographie du site : l’existence d’une dénivellation antique a en effet été mise en évidence. Pour le reste, le bilan est amer (p.66) :

Si nous cherchons à résumer les résultats d’ensemble obtenus par cette tranché, longue actuellement de 65 m, large de 10m,50, profonde, suivant les endroits, de 6m,50 à 10m, nous constatons, tout d’abord, qu’elle n’a en aucune manière vérifié les hypothèses de départ ; nous n’y avons trouvé ni temple, ni bain, ni Xystos.

Ce constat négatif introduit une brève synthèse des découvertes, pour ce qui concerne l’Antiquité (p. 66-67) : une occupation remontant à l’époque hellénistique, un monument plusieurs fois remanié, et peut-être identifiable à un nymphée à l’époque romaine, une place « sans caractère architectural », au sol parfois cimenté, dont l’aménagement, au IVe s. ou au Ve s., a nécessité l’arasement du nymphée.

On a vu que le travail, dans cette tranchée, cesse le 8 juin d’après le « Fieldbook ». En effet, il n’en est plus question dans le « Diary » jusqu’aux pages rédigées lors de la dernière semaine, dans le cadre d’un bilan d’ensemble de la mission et consacrées à des réflexions méthodologiques (p.97-99):

Cette tranchée a atteint 60 m de long sur 10 m de large. L’emplacement en avait été choisi à Princeton, à la suite d’une étude des sources littéraires concernant les monuments voisins du Forum de Valens. Les auteurs du programme croyaient qu’elle pouvait rencontrer un temple sous un léger tell indiqué sur un plan cadastral, et sans doute le Xystos. Elle a révélé un quartier de boutiques pauvres et partie d’un nymphée.

Il faut en conclure, tout d’abord que la surface du sol (…) ne peut donner que très exceptionnellement des renseignements sur les monuments antiques qui s’y trouvent ensevelis (…).

Il semble également qu’il ne faille utiliser les indications littéraires qu’avec la plus extrême prudence. Les reconstitutions théoriques plus ou moins comparables à celle qu’avait proposée Ottfried Müller ont un vif intérêt explicatif ; elles permettront sans doute, lorsque nous aurons dégagé un groupe de monuments, de fixer leurs noms, de préciser leurs dates. (…). Avant la fouille, étant donné l’absence de points de repère où nous nous trouvons (…) leur emploi est trop incertain pour être réellement pratique (…).

Enfin nous constatons une fois de plus la limite des enseignements que peut fournir une tranchée, même large et longue.

Cite this article as: Catherine Saliou, "À la recherche du Forum de Valens : Jean Lassus au travail," in HUORT, 29/08/2020, https://huort.hypotheses.org/282.

.

  1. AC 37 Downey, cf. http://vrc.princeton.edu/researchphotographs/s/antioch/item/44997 []
  2. Cf. « Liaisons Dangereuses : Textes et archéologie. À la recherche du forum de Valens, » in HUORT, 29/06/2020, https://huort.hypotheses.org/241. []
  3. Dans une lettre datée du 12 avril, Lassus doit demander à Henri Seyrig, directeur du Service des Antiquités, la location forcée d’un terrain dont il indique le propriétaire et le numéro sur le plan cadastral []
  4. La publication par ses soins du secteur 17-O est annoncée sous le titre : The Princeton Excavations at Antioch: Sector 17-O. Voir déjà A. Eger, “(Re)Mapping Medieval Antioch: Urban Transformations from the Early Islamic to the Middle Byzantine Periods”, Dumbarton Oaks Papers, 67, 2013, p. 95-134 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.