Malalas et le Charonion

En ces temps d’épidémie, revenons sur ce que Malalas dit du Charonion d’Antioche. Dans le cadre de son récit du règne d’Antiochos IV Épiphane (175-164 av. J.-C), Malalas mentionne une sculpture rupestre monumentale qu’il désigne comme le Charonion

« (…) alors que sévissait une épidémie (λοιμοῦ) et que beaucoup de gens de la cité étaient morts, un certan Lèïos (Laïos), un magicien, ordonna qu’un rocher de la montagne au-dessus de la ville soit sculpté de façon à porter un très grand buste (προσωπεῖον),  couronné, dominant  la cité et la vallée (τὸν αὐλῶνα). Et en y gravant certains mots il fit cesser les ravages de l’épidémie. Ce buste, les Antiochéens l’appellent jusqu’à nos jours « Charônion (Χαρώνιον) ».

 (Malalas VIII, 21. Texte grec : éd. Thurn,  2000, CFHB 35).

La notice de Malalas a été reprise et adaptée au XIIe s. par Tzetzes, dans son commentaire à l’Iliade.

Une telle sculpture (5,40 x 6, 90 m)  est encore visible de nos jours à Antakya.

Sculpture rupestre, Antioche. Photographie Grégoire Poccardi.

Depuis la communication d’Ernest Renan à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1865, il est entendu que cette sculpture est bien celle dont parle Malalas. Le « Charonion » constitue ainsi un point fixe de la topographie antiochéenne.

L’étymologie du terme Charonion est transparente : elle renvoie à Charon, le nocher des morts. Le mot s’applique à des sanctuaires associés à des grottes produisant des exhalaisons méphitiques. Les plus connus de ces sanctuaires se trouvent en Carie. Ils ont fait l’objet d’une synthèse de la part de Cécile Nissen, et je m’appuie sur son travail pour ce qui suit. Deux termes peuvent désigner ces lieux : Charonion s’emploie  à propos de la grotte elle-même, Ploutonion à propos du sanctuaire proprement dit. Le culte qui y est rendu l’est en effet, non à Charon, mais à Pluton/Hadès et Korè. Parmi les sources littéraires sur ces complexes, Strabon est assurément la source la plus importante. Mais à l’exception du Ploutonion du lac Averne, tous les Ploutonia ou Charonia qu’il signale se trouve en Asie Mineure, dans la vallée du Méandre. De plus, un seul de ces  quatre sanctuaires est assurément un sanctuaire guérisseur.

La montagne sur laquelle a été sculpté le « Charonion » d’Antioche est criblée de grottes, d’où n’émane toutefois aucune exhalaison méphitique, et la figure elle-même n’est pas particulièrement associée à l’une de ces grottes. Les études de George William Elderkin et plus récemment Hatice Pamir ont montré que cette figure était celle d’ une « grande déesse », telle que Cybèle ou la déesse de Hiérapolis,  associée à un petit sanctuaire à ciel ouvert, et que l’ensemble était resté inachevé.

Que conclure ? Que le « Charonion » d’Antioche n’est pas un Charonion. On a plutôt affaire à un cas de réinterprétation dans l’Antiquité tardive d’un monument cultuel. Le rôle joué par Koré dans le culte rendu aux Ploutonia/Charonia a peut-être pu favoriser cette réinterprétation. Cette conclusion, à vrai dire, n’est pas nouvelle : dès 1897 P. Perdrizet et D. Fossey écrivaient avec sagacité que Malalas transmettait ici « une légende de l’Antioche chrétienne ». Il reste à déterminer plus précisément à quelle date a eu lieu l’élaboration de cette légende, sans doute entre le IVe et le VIe s. S’il ne s’agit pas d’une pure invention de Malalas ou de sa source, on peut admettre que les Antiochéens de l’Antiquité tardive devaient désigner ce monument comme le Charonion. La question de la datation du monument lui-même, des circonstances de sa réalisation et des raisons de son inachèvement ne pourra quant à elle être résolue que par l’archéologie, sans le secours de Malalas.

Références bibliographiques (limitées aux travaux cités dans ce billet)

Elderkin, G.W., « Minor excavations, the Charonion. Antioch-on-the-Orontes », dans Elderkin, G.W. (éd.), Antioch on-the-Orontes I, Princeton (N.J.) Londres/La Haye, Princeton University Press, 1934, pp. 83‑84 (Publications of the Committee for the excavation of Antioch and its vicinity).

Nissen, C., Entre Asclépios et Hippocrate: Étude des cultes guérisseurs et des médecins en Carie, Presses universitaires de Liège, 2009 <http://books.openedition.org/pulg/258>.

Pamir, H., « An Underworld Cult Monument in Antioch: The Charonion », dans Maner, Ç., Horowitz, M.T. et Gilbert, A.S. (éds.), Overturning Certainties in Near Eastern Archaeology, Leyde/Boston, Brill,  2017, p. 543-559 <http://booksandjournals.brillonline.com/content/books/b9789004353572s029>.

Perdrizet, P. et Fossey, D., « Voyage dans la Syrie du Nord », Bulletin de correspondance hellénique 21,  1897, 66-91.

Renan, E., « Note sur les sculptures colossales du mont Stavrin, à Antioche », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1865, 307-310.

Cite this article as: Catherine Saliou, "Malalas et le Charonion," in HUORT, 04/04/2020, https://huort.hypotheses.org/37.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.