épigraphie et vocabulaire architectural : à propos d’une inscription d’hippos récemment publiée

Un groupe de trois inscriptions sur mosaïque ornant le sol d’une église de l’Antiquité tardive fouillée sur le site de Sussita, l’antique Hippos, été publié dans la Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik (Staab Gregor, Eisenberg Michael, « Building inscriptions from the martyrion of Theodoros at the “Burnt Church” in Hippos above the Sea of Galilee », ZPE 214 (2020), p. 203‑214). Parmi ces inscriptions, la seconde comporte un terme architectural bien intéressant.

Le texte, tel qu’il est édité, est le suivant :

Ἀβ(β)ᾶς Θεόδο/ρος καὶ ἀβ(β)ᾶς Πέ/τρος, ὅτι ἀ(ὐ)τὺ ἔκ/τεισαν τὰ δύω / μετρίδια (?) τοῦ μ/αρτύριον τοῦτο

Les éditeurs proposent également une traduction en anglais. Nous traduisons ici en français :

Abbas Théodore et abbas Petros, parce qu’ils ont construit les deux metridia de ce martyrion.

Le texte honore donc deux « abbés » ou « pères », parce qu’ils ont contribué à la construction ou à la restauration1 de l’édifice. L’objet de leur intervention est désigné par le terme μετρίδια, pluriel d’un mot apparemment non attesté et dont le singulier doit être μετρίδιον. Dans leur commentaire, les éditeurs proposent deux hypothèses dont aucune ne leur semble plus assurée que l’autre : le mot pourrait être un diminutif de μέτρον et désigner un « (espace) de petite mesure », donc un loculus ; ou alors il pourrait s’agir d’une forme d’un mot μιτρίδιον dont le sens serait en rapport avec la notion de « lien » et pourrait désigner ici les deux poutres principales de la construction ou les deux rangées de colonnes délimitant les nefs. Dubitatifs, les auteurs invitent aussi explicitement les lecteurs à poursuivre la réflexion sur le sens du mot. Eh bien, jouons le jeu !

Le dossier lexicographique rassemblé par les auteurs peut être complété. Le terme μήτρα ou μέτρα apparait en effet dans deux inscriptions, dans des contextes similaires. Comme la confusion entre η et ε est assez fréquente, il s’agit assurément dans les deux cas du même mot, orthographié de façon différente.

Une inscription de Palmyre datée de 328 (IGLS XVII, 1, 101), commémore la réfection du toit d’un portique « de huit mètrai » (…τὴν πᾶσαν στέγην μήτρων η´/ τῆσδε τῆς στοᾶς). Dans ce contexte, le terme désigne apparemment une « travée » (l’espace sous le portique situé entre deux colonnes), ou plus précisément peut-être puisqu’il s’agit de la couverture du portique, la partie de la charpente couvrant une travée — ce que l’on appelle une « travée de charpente ».

Une inscription datée de 524, publiée en premier lieu par H. Seyrig2, et commémorant la reconstruction de trois ponts sur des affluents de l’Oronte, précise que les travaux ont comporté le remplacement de 64 metrai (IGLS III, 2, 1142, l. 7-8 : καὶ ἐλλάγησαν μέτραι/ ξδʹ). Ces metrai sont distinguées d’éléments désignés comme « leurs constructions », munies de brises-lames (l. 8-10 : καὶ ἡ τούτων οἰκο/δομαὶ σὺν τοῖς κοιμο/τόμοις). Comme l’avait déjà expliqué Seyrig, les « constructions » doivent être les piles maçonnées de ces ponts, et les metrai les travées, c’est-à-dire les segments du tablier allant d’une pile à l’autre. Cette constatation semble confirmer qu’à Palmyre également le terme désigne précisément, non un espace, mais bien un segment de charpente.

D’après les dictionnaires, le terme μήτρα, qui est polysémique, peut désigner dans certains de ses emplois la zone médullaire du bois ou la barre de fermeture d’une porte. On voit qu’il peut aussi désigner une travée de charpente, et peut-être, par métonymie, soit la charpente toute entière, soit l’ensemble de l’espace couvert couvert par cette charpente ou partie de charpente.

La forme du diminutif peut servir à former des dérivés sans toujours avoir un sens diminutif. Le terme μετρίδιον pourrait donc désigner , à Hippos, comme le terme μήτρα /μέτρα à Palmyre et en Syrie du Nord, une travée ou plus généralement une (partie de) charpente. Concrètement, et si on se laisse influencer par l’emploi du terme « travée » en français, comme l’emploi du terme à Palmyre nous invite à le faire, on peut admettre que Théodores et Pétros aient « construit » — ou plutôt aient financé la construction de — la charpente couvrant l’espace correspondant à deux entrecolonnements. Une autre solution, cependant est de considérer que « les » deux metridia, sans autre qualificatif, sont les deux charpentes de couverture des deux nefs latérales, de part et d’autre de la nef centrale. C’est la solution qui, à ce stade du moins de la réflexion, est la plus satisfaisante, et c’est celle que nous proposons.

Il faut maintenant faire brièvement un sort au mot μιτρίδιον. Les éditeurs de l’inscription d’Hippos le signalent comme un terme attesté au XIVes . Il apparait en effet dans une compilation juridique de la fin de la période byzantine, mais dans un extrait d’un recueil de droit urbain, le traité de Julien d’Ascalon, daté quant à lui du VIe s.3, ce qui confère une pertinence accrue à un éventuel rapprochement avec l’inscription d’Hippos. Toutefois le mot μιτρίδιον est le produit d’une correction éditoriale (ἢ μιτριδίοις : « ou par des mitridiois« ). La tradition manuscrite la plus fiable porte quant à elle une leçon différente (ἡμιτριδίοις : « par des hémitridiois« ) . Le terme apparaît dans un passage du texte consacré aux toits plats, à leurs usages et aux modalités de partage des frais de construction lorsque ces toits couvrent un immeuble collectif. Il est précisé que si l’on souhaite poser sur un tel toit un dallage ou une mosaique, il convient de renforcer les solives qui le soutiennent par des aménagements adaptés (§ 32. 6 : « (…) il faut que celui (…) qui a l’intention d’aménager la mosaïque ou le revêtement de marbre, renforce les solives (δοκούς) par des aisseliers (ἡμιτριδίοις) ou encore par des poutrelles (διατόνοις). » L’éditrice — c’est-à-dire moi-même— a donc opté pour le texte des manuscrits, non sans hésitations dont rend compte le commentaire des pages 111-112 . L’attestation, désormais fournie par l’inscription, d’un mot μετρίδιον, susceptible d’être orthographié μητρίδιον (et donc, en effet, μιτρίδιον), et relevant du vocabulaire de l’architecture et du bois, devra être prise en compte. Bref, « work in progress » !

Cite this article as: Catherine Saliou, "épigraphie et vocabulaire architectural : à propos d’une inscription d’hippos récemment publiée," in HUORT, 07/10/2020, https://huort.hypotheses.org/372.

  1. On sait que le verbe κτίζειν s’applique à toute activité édilitaire, cf. Downey G., « Imperial building records in Malalas », Byzantinische Zeitschrift 38.1 (1938), p. 1‑15. []
  2. Seyrig Henri, « Antiquités syriennes. », Syria. Archéologie, Art et histoire (1939), p. 296‑373 : p. 309-312. []
  3. Édition, traduction, commentaire : Saliou Catherine, Le traité d ̕urbanisme de Julien d ̕Ascalon: droit et architecture en Palestine au VIe siècle, Paris, 1996 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.