la Rue – Introduction

Dans ce premier des billets qui accompagneront le séminaire, je fournis des éléments de bibliographie et quelques textes.

Éléments de bibliographie.

Il ne s’agit pas de « la bibliographie du sujet », mais de titres (dont tous ne concernent pas l’Orient romain tardif) choisis pour leur intérêt ou leur exemplarité, afin d’illustrer tel ou tel type d’approche.

Andrade N., « The Processions of John Chrysostom and the Contested Spaces of Constantinople », Journal of Early Christian Studies 18.2, 2010, 161-189.

Ballet P., Dieudonné-Glad N., Saliou C. (dir.) La rue dans l’Antiquité définition, aménagement et devenir de l’Orient méditerranéen à la Gaule. Actes du colloque de Poitiers, 7-9 septembre 2006, Rennes, 2008.

Balty J.-Ch., « Tetrakionia de l’époque de Justinien sur la grande colonnade d’Apamée », Syria 2000, 227-237.

Bejor G., Vie Colonnate: paesaggi urbani del mondo antico, Roma, 1999 (Rivista di archeologia, suppl. 22).

Barry W. D., « Roof Tiles and Urban Violence in the Ancient World », Greek,  Roman and Byzantine Studies 37, 1996, 55‑74.

Berger, A., « Regionen und Strassen im frühen Konstantinopel », Istanbuler Mitteilungen 47, 1997, 349‑414.

Burns R., Origins of the Colonnaded Streets in the Cities of the Roman East, Oxford, New York, 2017.

Cabiale V., « La lunga durata delle vie colonnate nella regione siro-palestinese. Dai Bizantini agli Omayyadi », Archeologia Medievale 40, 2013, 321‑336.

Cabouret B., « Sous les portiques d’Antioche », Syria 76, 1999, 127-150.

Dey, H.W., The afterlife of the Roman city: architecture and ceremony in late antiquity and the early middle ages, New York, Cambridge University Press, 2014.

Dentzer J.-M., Villeneuve F., « Les villages de la Syrie romaine dans une tradition d’urbanisme oriental », De l’Indus aux Balkans, Paris, 1985, 213-247.

Filipczak P.,  « Antioch on the Orontes. The Topography of social conflicts 4th-7th c. A. D. », Syria  94, 2017, 325-345.

Hartnett J. The Roman street: urban life and society in Pompeii, Herculaneum, and Rome, New York, NY, 2017.

Humphries M., Cities and the meanings of late antiquity, Leiden, 2019.

Jacobs I., Aesthetic maintenance of civic space: the « classical » city from the 4th to the 7th c. AD, Leuven, 2013.

Jacobs I., Waelkens M., « Five Centuries of Glory. The North-South Colonnaded Street of Sagalassos in the First and the Sixth Century AD », Istanbuler Mitteilungen 63, 2013, 219-266.

Kaiser A., Roman Urban Street Networks: Streets and the Organization of Space in Four Cities, New York, 2011.

Krause J.-U., Witschel Chr. dir., Die Stadt in der Spätantike-Niedergand oder Wandel ?, Stuttgart, 2006

Kurapkat D., Schneider P., Wulf U. (dir)., Die Architektur des Weges: gestaltete Bewegung im gebauten Raum: internationales Kolloquium in Berlin vom 8.-11. Februar 2012, veranstaltet vom Architekturreferat des DAI, Regensburg, 2014.

Lassus J., Les portiques d’Antioche, Princeton, 1972.

Laurence R., Newsome D. J., Rome, Ostia, Pompeii: movement and space, Cambridge/New York, 2011.

Liebeschuetz, J. H. W. G., The Decline and Fall of the Roman City, Oxford, 2001.

Lynch K., L’image de la cité, Paris, 1969 (trad. Vénard M.- F., Vénard J.-L.)

MacDonald William L., The architecture of the Roman Empire. 2. An urban appraisal, Rev. ed, New Haven, 1986

Mango C., « The Triumphal Way of Constantinople and the Golden Gate », Dumbarton Oaks Papers 54, 2000, 173-188.

Mango M. M., « The Commercial Map of Constantinople », Dumbarton Oaks Papers 54, 2000, 189-207.

Neue Forschungen zur Kuretenstrasse von Ephesos: Akten des Symposiums für Hilke Thür vom 13. Dezember 2006 an der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Wien, 2009.

Östenberg I., Malmberg S., Bjørnebye J., The Moving City: Processions, Passages and Promenades in Ancient Rome, London, 2015

Pensabene , « Marmi d’importazione, pietre locali e committenza nella decorazione architettonica di età severiana in alcuni centri delle province Syria et Palestina e Arabia », Archeologia classica 49, 1997, 275‑422.

Richard J., Water for the city, fountains for the people: monumental fountains in the Roman east: an archaeological study of water management, Turnhout, 2012.

Roueché Ch., « Looking for Late antique ceremonial: Ephesos and Aphrodisias », in H. Friesinger, F. Krinzinger dir., 100 Jahre  österreichische Forschungen in Ephesos, vol. 3, Wien, 1999, 161-168.

Rizos E., Ricci A. dir., New cities in  late antiquity: documents and archaeology, Turnhout, 2016.

Saliou C. « Identité culturelle et paysage urbain : remarques sur les transformations des rues à portiques dans l’Antiquité tardive. », Syria 82, 2005, 207-224.

Saliou C. « Toposinschriften. Écriture et usages de l’espace urbain », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 202, 2017, 125-154.

Saradi, H. G., The Byzantine city in the sixth century literary images and historical reality. Athens: Society of Messenian Archaeological Studies, 2006.

Thiel W., « Tetrakionia.Überlegungen zu einem Denkmaltypus tetrarchischer Zeit im Osten des römischen Reiches », Antiquité Tardive 10, 2002, 299-326.

Voltaggio M. « Hagia Polis Hierosolyma. Birth and Development of Jerusalem Christian Topography », Temporis Signa: Archeologia della tarda antichità e del medioevo 7, 2012, 107-123.

Libanios, Éloge d’Antioche. Le début de la description de la ville

196. Καὶ δὴ καιρὸς ὑπέρ τε τῆς θέσεως καὶ τοῦ μεγέθουϛ ἤδη διελθεῖν. Οἶμαι γὰρ οὐδεμίαν φανεῖσθαι τῶν οὐσῶν, ᾗ μέγεθός ἐστι τοσοῦτον ἐν οὕτω καλλίστῃ θέσει. Ἀρξαμένη γὰρ ἐξ ἕω πρόεισιν ἐπὶ δυσμὰς ἰθυτενής, δίδυμον στοῶν ὕψος ἐκτείνουσα. Διίστησι δὲ αὐτὰς ἀπ᾽ ἀλλήλων ὁδὸς ὕπαιθρος ἐστρωμένη λίθῳ κατὰ τὴν στοὰν τὸ εὖρος.

196 Et voilà l’occasion de parler maintenant de sa disposition et de sa grandeur. Je crois en effet qu’on ne verra aucune de celles qui existent qui soit d’une telle grandeur  dans une disposition d’une si extrême beauté. De fait, commençant au levant, elle s’avance tout droit vers le couchant en étendant une double élévation de portiques. Et ce qui sépare ces portiques l’un de l’autre, c’est une voie à ciel ouvert dallée  de pierre, le long du portique, dans sa largeur.

Libanios, Discours XI, CUF (traduction M. Casevitz, Lagacherie, modifiée).

La refondation d’Antioche par Justinien d’après Procope de Césarée

(21) ἀλλὰ βασιλεὺς οὐδεμιᾷ μελλήσει ὡς ἀπωτάτω  τῆς πόλεως τὰ καθῃρημένα μετενεγκών, ἐλεύθερόν τε τὸν ταύτῃ ἀέρα ξὺν τοῖς ἔνερθεν τῶν ἐνοχλούντων καταστησάμενος, πρῶτα μὲν τὰ ἐδάφη πανταχόθι τῆς πόλεως λίθοις ἁμαξιαίοις ἐκάλυψεν· (22) ἔπειτα δὲ στοαῖς τε καὶ ἀγοραῖς αὐτὴν  διακρίνας, καὶ διελὼν μὲν τοῖς στενωποῖς ἀμφόδους ἁπάσας, ὀχετοὺς δὲ καὶ κρήνας καὶ ὑδροχόας καταστησάμενος (…)ῥᾷόν τε καὶ ἀπονώτερον τοῖς ἐνοικοῦσι παρέσχετο δείμασθαι τὰς αὐτῶν ἰδίας οἰκίας.

(21) Mais le souverain, sans retard, ayant fait transporter les débris le plus loin possible de la cité, et ayant libéré de ce qui l’encombrait l’espace qui lui était destiné ainsi que ce qui se trouvait en-dessous (jusqu’aux fondations ( ?)), tout d’abord il fit couvrir les sols, partout dans la cité, d’énormes pierres. (22) Puis  il la divisa par des portiques et des agoras, et distingua tous les îlots par des rues ; il aménagea  des canalisations des fontaines et des égouts (…) il donna aux habitants la possibilité de construire plus facilement et avec moins de peine leurs propres maisons privées.

Procope, Constructions de Justinien Ier, II, 10, 21-22

Un témoignage ironique de l’empereur Julien sur les rues et les portiques d’Antioche

(…) οὐδὲ ἀπέβλεψας ὅση καὶ μέχρι τῶν ὄνων ἐστὶν ἐλευθερία παρ’αὐτοῖς καὶ τῶν καμήλων; ἄγουσί τοι καὶ ταύτας οἱ μισθωτοὶ διὰ τῶν στοῶν ὥσπερ τὰς νύμφας· οὐδὲ ἀπέβλεψας ὅση καὶ μέχρι τῶν ὄνων ἐστὶν ἐλευθερία παρ’ αὐτοῖς καὶ τῶν καμήλων; ἄγουσί τοι καὶ ταύτας οἱ μισθωτοὶ διὰ τῶν στοῶν ὥσπερ τὰς νύμφας· οἱ γὰρ ὑπαίθριοι στενωποὶ καὶ αἱ πλατεῖαι τῶν ὁδῶν οὐκ ἐπὶ τούτῳ δήπου πεποίηνται, τῷ χρῆσθαι αὐταῖς τοὺς κανθηλίους, ἀλλ’ἐκεῖναι μὲν αὐτὸ δὴ τοῦτο κόσμου τινὸς ἕνεκα πρόκεινται καὶ πολυτελείας, χρῆσθαι δὲ ὑπ’ ἐλευθερίας οἱ ὄνοι βούλονται ταῖς στοαῖς, εἴργει δὲ αὐτοὺς οὐδεὶς οὐδενός, ἵνα μὴ τὴν ἐλευθερίαν ἀφέληται· οὕτως ἡ πόλις ἐστὶν ἐλευθέρα.

N’as-tu pas vu quelle grande liberté caractérise chez eux jusqu’aux ânesses et aux chamelles ? Même elles sont conduites par ceux que l’on paie pour s’en charger  à travers les portiques, comme les épousées. En effet, les rues découvertes et les chaussées des voies ne sont bien sûr pas faites précisément pour que les animaux de bât les utilisent, mais d’une part elles sont présentes  essentiellement à des fins de décor et de luxe, et  d’autre part les ânes, par liberté, veulent utiliser les portiques, et personne ne les en empêche en rien, afin de ne pas les priver de liberté. C’est ainsi que la cité est libre.

Julien, Misopogon, § 26 (355b). Texte CUF

Cite this article as: Catherine Saliou, "la Rue – Introduction," in HUORT, 05/11/2020, https://huort.hypotheses.org/426.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.