Liaisons Dangereuses : textes et archéologie

Peu de sites incitent autant à réfléchir sur les relations entre textes et archéologie que celui d’Antioche de Syrie. L’importance de l’apport des sources écrites pour la connaissance des états anciens de la ville est bien connue, et les difficultés de l’exploitation de ces sources ont souvent  été soulignées. On aura certainement l’occasion d’y revenir dans d’autres billets, d’autant plus qu’une des fonctions de ce carnet est d’accompagner des travaux engagés dans le cadre de la réalisation d’un dictionnaire topographique fondé en partie sur le dépouillement des sources écrites, le Lexicon Topographicum Antiochenum.  Toutefois, il est question ici d’un autre projet, intitulé l’Index Antiochenus — et qui ne doit en aucun cas servir de modèle au Lexicon, même s’il semble le préfigurer.

Épisode 1 : 9 octobre 1930-8 novembre 1931).

Les archives du Committee for the Excavation of Antioch-on-the-Orontes conservées à l’Université de Princeton et en partie numérisées, sont une véritable mine, non seulement parce qu’elles recèlent une documentation de première main, inédite, sur les vestiges archéologiques découverts lors des travaux menés à Antioche, Daphné et Séleucie de 1932 à 1939, mais aussi parce qu’elles permettent de mieux comprendre les méthodes et le cheminement intellectuel des différents protagonistes de ces travaux : parmi eux il faut présenter tout de suite celui qui en fut l’initiateur, Charles Rufus Morey (1877-1955), professeur d’archéologie à l’Université de Princeton.

 Les dossiers de correspondance conservés dans les archives du Committee révèlent, année après année, le développement d’une démarche de recherche fondée sur les textes. Dès avant le début des fouilles, un projet d’Index Antiochenus est lancé — L’idée et le nom évoquent l’Index of Christian Art, fondé par C. R. Morey en 1917. Le projet d’Index Antiochenus est quand à lui mené par Carl Hermann Kraeling, membre de l’Université de Yale. Dans une lettre adressée à Morey, datée du 9 octobre 1930, et qui est à ma connaissance la première trace écrite conservée du projet, Kraeling explique qu’il l’a conçu après une conversation entre les deux hommes au printemps précédent, et qu’il est à la recherche de financements. Une description plus précise du projet devait être jointe à la lettre, mais semble ne pas avoir été conservée.

Le 5 janvier 1931,  Morey, dans une lettre adressée à l’archéologue Harald Ingholt, de l’Université américaine de Beyrouth,  où il lui demande de lui procurer des photographies aériennes, mentionne le travail entrepris. Kraeling est assisté à Yale par l’arabisant William F. Stinespring, et à Princeton par Glanville Downey, qui s’occupe des auteurs païens. 

« Kraeling and Stinespring’ work at Yale as produced very good pointers on the topography of Antioch, and so also has Downey’s work on the pagan authors, but we would feel much safer if we would get a clear indication of the routes of the main streets through such photographs ».

Lettre de Morey à Ingholt, 5 janvier 1931.

Par une lettre du 27 janvier 1931, Morey envoie à Kraeling un chèque de 500 dollars pour couvrir une partie des frais de l’Index Antiochenus, estimés à 1000 dollars. Le 30 janvier, Kraeling le remercie, signale que l’université de Yale contribuera quant à elle au projet à hauteur de 1000 dollars, et précise qu’il est en train de travailler sur les églises.

« I have already formed acquaintance with a Synagogue of the Seven Martyrs, in Antioch, and with numerous churches.

Lettre de Kraeling à Morey, 30 janvier 1931.

Dix mois plus tard, le 5 octobre Kraeling, répondant à une lettre que lui a adressée Morey le 22 septembre, lui donne des informations sur la progression du travail. Il lui signale en particulier que Stinespring va entreprendre une thèse sur une description arabe d’Antioche. Cette thèse fut en effet soutenue en 1932. Un document de deux pages est joint à la lettre. Il s’agit du plan de l’Index Antiochenus. En voici une version résumée.

I. Bibliographie
II. Prosopographie ( ?) : « Persons »
III. La ville  (The City). Sous cet intitulé, une première section est consacrée aux « informations générales » (noms et titres de la ville ; fondateurs et légendes de fondation ; jugements sur  l’importance de la ville, etc.). Les rubriques qui suivent concernent l’espace urbain et la topographie : plan et organisation de l’espace ; fortifications ; etc.
IV. Événements naturels (séismes, incendies, famines…)
V. Principaux événements classés par ordre chronologique, de la période séleucide au temps contemporains
VI. Population : évolution dans le temps du nombre d’habitants, « racial and national groups », activités économiques, etc.
VII. Religion et superstition, des cultes païens à l’Islam.
VIII. Arts et sciences

L’index doit donc concerner tous les aspects de l’histoire de la ville et de la vie urbaine, de sa fondation jusqu’au début du XXe s.

Par une lettre du 8 octobre, Morey félicite Kraeling de son travail :

« (…) congratulations of the excellent work that is evidently being done toward the providing of a topographical and historical apparatus for the excavation ».

Lettre de Morey à Kraeling, 18 octobre 1931

 Un mois plus tard, le 8 novembre, Kraeling informe Morey qu’il est à présent en train d’étudier, avec Stinespring, les divers plans disponibles de la ville, dans le but de localiser, au moins relativement les uns aux autres, les monuments mentionnés par le sources. Kraeling demande aussi l’envoi de plusieurs copies du plan que Clarence S. Fisher — un archéologue de terrain chevronné, choisi pour être le futur responsable des fouilles (Field Director) — a réalisé de son côté.

À suivre…

Cite this article as: Catherine Saliou, "Liaisons Dangereuses : textes et archéologie," in HUORT, 09/04/2020, https://huort.hypotheses.org/49.

Une réflexion sur « Liaisons Dangereuses : textes et archéologie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.