Thermae commodianae

Dans un article récent (« A Social Explanation for the Disappearance of Roman Thermae », Journal of Late Antiquity 14/2 (2021), 375‑414, en ligne : 10.1353/jla.2021.0026), Jordan Pickett souligne, avec raison, l’importance des établissements thermaux dans la vie politique et sociale des villes du monde romain, en particulier dans l’Antiquité tardive, et leur rôle de lieux de pouvoir et en même temps de lieux de contestation.

Une petite erreur s’est cependant glissée dans son article, qu’il faut corriger sans attendre de façon à éviter qu’elle ne soit reproduite dans des travaux postérieurs. Jordan Pickett signale en effet que Valentinien et Valens auraient tenu leurs assises dans les Thermae Commodianae d’Antioche en 365 (tableau 1, p. 383, cf. p. 392, note 96). Une telle phrase ne saurait être exacte, car Valentinien et Valens ne se sont jamais trouvés ensemble après leur séparation d’août 3641, et Valens n’a pas séjourné à Antioche en 365. L’ auteur se fonde pourtant sur une source apparemment solide, dûment signalée. Il s’agit d’un passage de la Consultatio veteris cuiusdam iurisconsulti (9, 2).

Ce petit recueil privé2 dont on s’accorde à penser qu’il a été élaboré en Gaule ou en Italie,  comporte sept constitutions attribuées à Valentinien et Valens (on sait que ces lois sont toujours attribuées au collège impérial, quel que soit l’empereur, en Orient ou en Occident, qui est à l’origine de la décision normative), et qui ne figurent pas dans le Code Théodosien (Consultatio 9, 1-7). L’une d’entre elles, adressée à un particulier nommé Pompeius Fauonius, comporte la souscription suivante :

Dat. VIII. Id. Febr.
Alleg. Non. Kal. April. in basilica Thermarum Commodianarum ipsis AA. conss.

Consultatio veteris cuiusdam iurisconsulti 9, 2

Ainsi l’avis impérial a-t-il été rendu (“donné”) le 6 février, en un lieu non précisé dans la souscription, et produit en justice (“allégué”) par son bénéficiaire le 24 mars dans “les thermes Commodiens”3. Le rôle des thermes comme lieu d’exercice de la justice est donc bien confirmé par cette souscription, mais rien n’indique que le document ait été produit lors d’assises impériales ni que ces thermes se trouvent à Antioche.

Au contraire, dans la mesure où, comme l’a montré E. Volterrra4, les septs constitutions de Valentinien et Valens citées dans la Consultatio ont été émises en Occident et pour des destinataires occidentaux, c’est en Occident qu’il faut chercher ces thermes. On considère généralement qu’il s’agit des thermes Commodiens de Rome5 et c’est certainement le cas dans la mesure où précisément le nom de la ville n’est pas indiquée : c’est sans doute qu’il s’agit de “la” ville par excellence, donc Rome. Mais d’autres cités d’Occident comportaient des thermes Commodiens (thermae Commodianae), comme par exemple Bénévent6. Quoi qu’il en soit, il existait bien à Antioche un édifice thermal désigné du nom de Commode (le “Commodion“), qui jouait un rôle essentiel dans l’image de la ville et qui, comme le rappelle Jordan Pickett, fut transformé en prétoire du gouverneur dans le courant de l’Antiquité tardive, mais ce passage de la Consultatio ne doit en aucun cas être joint au dossier de cet édifice7.

Cite this article as: Catherine Saliou, "Thermae commodianae," in HUORT, 04/11/2021, https://huort.hypotheses.org/492.

  1. Noel Lenski, Failure of Empire. Valens and the Roman State in the Fourth Century A. D., vol. 34, Berkeley, Calif., 2002, p. 27 []
  2. Pour un accès rapide au texte et une bibliographie, voir https://droitromain.univ-grenoble-alpes.fr/Responsa/consultatio.html []
  3. Cf. Federico Pergami, La legislazione di Valentiniano e Valente : 364-375, Milan, A. Giuffrè, 1993, p. 158 []
  4. Edoardo Volterra, “Le sette costituzioni di Valentiniano e Valente contenute nella Consultatio veteris cuiusdam iurisconsulti“, Bulletino dell’istituto di diritto romano, 85 = 3ème série 24, 1982, p. 171-204. []
  5. A. Capodiferro, s.v. “thermae Cleandri/Commodianae”, LTUR V, Rome, 1999, p. 49. []
  6. CIL IX, 1596, cf. EDCS-12401102. Plus généralement, la pratique de désigner un édifice du nom d’un empereur est extrêmement fréquente. Sur ce phénomène d’éponymie impériale, voir p. ex. Catherine Saliou, « Espace urbain et mémoire des empereurs en Orient dans l’Antiquité Tardive », Wiener Beiträge zur Alten Geschichte online (WBAGon) Bd. 1 (2019), 28. August bis 1. September 2017: Einzelvorträge, en ligne : 10.25365/WBAGON-2019-1-19 []
  7. Pour un inventaire des sources et des éléments d’analyse, voir, en attendant la publication du Lexicon Topographicum Antiochenum, Catherine Saliou, « Bains et histoire urbaine. L’exemple d’Antioche sur l’Oronte dans l’Antiquité », in S. Denoix M. -Fr. Boussac (éd.), 25 siècles de bain collectif en Orient (Proche-Orient, Égypte et péninsule Arabique), vol. 3, Le Caire, IFAO, 2014, p 657-685 : n° 12, p. 679, et p. 668-671. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.