Psèphion : mot du vocabulaire architectural et nom propre d’édifice. Entre littérature et épigraphie

Le mot grec psèphion (ψηφίον) est utilisé dans l’Antiquité tardive à Antioche sur l’Oronte comme un nom propre, pour désigner un édifice parfois identifié à tort au bouleutérion de la cité en raison d’une méconnaissance fâcheuse des emplois du terme comme nom commun.



Le Psèphion d’Antioche

La plus ancienne attestation du Psèphion d’Antioche est due à Sévère, évêque de la cité de 512 à 518, dans une lettre datée des années 513- 517 1 : un membre de l’Église coupable de malversations, après une première audience disciplinaire devant un synode présidé par Sévère, a préféré quitter la ville et ne s’est pas présenté à l’audience suivante, alors même qu’il avait été vu en parfaite santé au Psèphion.

L’édifice lui-même est bien antérieur : l’historien Évagre le Scolastique, qui écrit à la fin du VIe s., indique qu’un certain Memnonios,   en poste à Antioche en tant que gouverneur de Syrie ou comte d’Orient entre 408 et 433, aurait reconstruit un édifice désigné comme le Psèphion2. Le même auteur signale la destruction de l’édifice lors d’un tremblement de terre survenu en 5883.

Le Psèphion était de toute évidence un lieu important d’Antioche du Ve s. à la fin du VIe s. Plusieurs hypothèses ont été proposées pour en préciser la fonction et la localisation.

Un éminent spécialiste de Sévère d’Antioche suggère qu’il pourrait s’agir de l’antichambre du tribunal épiscopal4. Toutefois le contexte de la lettre de Sévère ne confirme pas cette hypothèse, qui est même contredite par le fait que l’édifice ait été l’objet de travaux effectués par un représentant de l’État, comme le signale Évagre. On ne s’y attardera donc pas.

D’après Glanville Downey5, l’étymologie du nom de l’édifice signalerait sa fonction judiciaire ou délibérative. En effet le mot psèphos (ψῆφος), dont est dérivé le mot psèphion, qui désigne avant tout un caillou, peut s’appliquer à un caillou utilisé pour voter, et de là au suffrage ou au vote lui-même6. Gl. Downey va jusqu’à proposer l’identification du Psèphion au siège du conseil de la cité, mentionné par ailleurs à de nombreuses reprises dans les textes, où il est désigné par le terme bouleutérion7. Cette hypothèse est reprise dans diverses traductions commentées de l’Histoire Ecclésiastique d’Évagre 8 et surtout dans la récente somme de Luke Lavan, Public Space in the Late Antique City9, qui a vocation à devenir un ouvrage de référence. C’est précisément pour cette raison qu’il convient de le prendre très au sérieux et de le critiquer si nécessaire, c’est même une façon de lui rendre hommage.

Il vaut donc la peine de réfuter l’hypothèse de Gl. Downey, qui est gratuite et n’est étayée par aucun argument solide :

  • il est vrai que le Psèphion partage avec le bouleutérion une caractéristique commune, celle de comporter un espace hypèthre10 (voir infra), mais il s’agit là d’un trait courant de l’architecture publique ou plus généralement de l’architecture d’apparat : péristyles de demeures, palestres de thermes, “atriums” d’églises, les espaces hypètres sont partout ;
  • rien n’indique que le Psèphion se trouvait, comme le bouleutérion, sur l’agora : le passage où figure la mention de sa reconstruction par Memnonios est un inventaire de travaux dus à des hauts fonctionnaires de Théodose II, mais les édifices concernés eux-mêmes se trouvent en divers points de la ville11 ;
  • enfin, si le terme psèphos est bien utilisé dans un contexte judiciaire ou électif, un tel emploi n’est pas attesté pour la forme psèphion, il suffit pour le constater de se référer aux dictionnaires12. Le mot fait en revanche partie du vocabulaire de la mosaïque.

Psèphion comme nom commun

À vrai dire, le développement qui suit pourrait paraître superflu, car il s’agit de rappeler un fait dont Du Cange avait déjà eu l’intuition en 1688 13, et qui est signalé dans le Supplement du Liddel-Scott-Jones (s.v.), — ce qui n’avait pas échappé au premier traducteur en français d’Évagre le Scolastique, A.-J. Festugière14 — mais aussi dans le dictionnaire d’Orlandos et Travlos15, et bien connu des épigraphistes.

Le mot psèphi(o)n (on le trouve sous les formes ψηφίον ou ψηφίν) figure dans une dizaine d’inscriptions découvertes au Proche-Orient, de la Syrie du Nord au Néguev, datées entre la fin du IVe et la fin du VIe ou du VIIe s16 dans des contextes où il ne peut être traduit que par “mosaïque”. Plus de la moitié de ces inscriptions proviennent d’Apamée de Syrie, voisine d’Antioche ou de ses environs : un texte d’Apamée même, daté de 392 apr. J.-C. , est le plus ancien de la série17, et le mot est employé également à Khirbet Mûqa en 394/39518, à Rayan en 47219, à Huarté en 485/48620, dans une localité indéterminée au nord-est de Hama en 50221 ; à Tell Minis ou Abu Rubays en 54022. Le Pséphion d’Antioche s’inscrit parfaitement dans cette chronologie.

Certes, à Antioche, c’est un édifice entier, et non un pavement de mosaïque, qui est désigné par le terme psèphion. Il s’agit d’un emploi métonymique. De même la dédicace d’Apamée évoque “l’entrée du psèphion” comme si le terme désignait le bâtiment lui-même23 . Cette dédicace nous ramène d’une certaine façon à Antioche car elle commémore un acte d’évergétisme accompli par un personnage qui jouait un rôle important soit dans la communauté juive d’Antioche soit parmi Juifs d’Apamée originaires d’Antioche. L’édifice dont il s’agit est identifié à une synagogue, et toutes les autres occurrences que nous avons mentionnées proviennent d’églises : le mot psèphion renvoie non à une fonction, mais à un décor, et comme l’écrivait déjà A.-J. Festugière , il désigne “un ouvrage en mosaïque ou orné de mosaïques”24.

Retour à Antioche

L’hypothèse d’identification du Psèphion au bouleutérion d’Antioche est donc non seulement gratuite et indémontrable, mais aussi contradictoire avec ce que l’on sait de l’usage du terme comme nom commun. Cette hypothèse doit donc être rejetée.

Qu’était-ce donc, alors, que le Psèphion ? Il faut s’appuyer sur les indications objectives des textes, et savoir s’y limiter. Le Psèphion est un édifice public comportant une cour intérieure (ὑπαίθριον αὐλὴν κατὰ τὸ μέσον « une cour à l’air libre au milieu25»). Une telle description peut correspondre à un édifice imposant et complexe organisé autour d’une cour, ou à un simple quadriportique. La lettre de Sévère montre qu’il s’agit au début du VIe s. d’un lieu où l’on peut se tenir et par lequel on passe, qui est aussi un lieu où l’on peut être vu, et donc un lieu de rencontre et de sociabilité. Son nom fournit une information supplémentaire sur le Psèphion : il était orné de mosaïques — ce qui est à vrai dire assez courant. Peut-être devait-il sa désignation à une spécificité de son décor mosaïqué, qui nous échappe. C’est à vrai dire tout ce que les textes permettent d’établir, mais ce n’est pas rien non plus. Le reste relève de l’imagination.



  1. W. Brooks, The Sixth Book of the Select Letters of Severus Patriarch of Antioch in the Syriac Version of Athanasius of Nisibis, Oxford, Williams and Norgate, 1902,  I, 38, p. 121texte/p.  108 trad. ; cf. F. Alpi, La route royale, Beyrouth, Institut français du Proche-Orient, 2009, vol. II, p. 86-87, n° 37. []
  2. Évagre, Histoire Ecclésiastique I, 18, p. 27, l. 22 Bidez-Parmentier, cf. Nicéphore Calliste Xanthopoulos, HE 14, 46 , PG 146, 1219. []
  3. Évagre, Histoire Ecclésiastique VI, 8, p. 227, l. 19 Bidez-Parmentier, cf. Nicéphore Calliste Xanthopoulos, HE 18, 13, PG 147, 353. []
  4. F. Alpi, La route royale, Beyrouth, Institut français du Proche-Orient, 2009, vol. I, p. 150. []
  5. A history of Antioch in Syria from Seleucus to the Arab Conquest, Princeton, 1961, p. 453-454 et p. 625-627. []
  6. On renverra ici aux dictionnaires courants. []
  7. Downey, cit., p. 627. []
  8. M. Whitby, The ecclesiastical history of Evagrius Scholasticus, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 45, n. 62 ; L. Angliviel de La Beaumelle, A.-J. Festugière, B. Grillet, G. Sabbah, Évagre le Scolastique, Histoire ecclésiastique. Paris, Éd. du Cerf, vol. 1, 2011, p. 184. []
  9. Luke Lavan, Public Space in the Late Antique City, Leiden, Brill, 2020, tome II, p. 773, cf. tome I, p. 309. []
  10. Downey, cit., p. 627. []
  11. Le portique de Zoïlos se trouve à proximité de la “basilique de Rufin”, située elle-même sur l’agora comme l’a bien vu Downey ; le portique de Callistos est explicitement localisé par Évagre sur une place désignée par la transcription en grec du mot “forum”, qu’il faut identifier à celle dont Malalas attribue l’aménagement à Valens et qu’il désigne aussi comme un “forum” (Malalas XIII, 30). L’emplacement du portique d’Anatolios n’est pas précisé, pas plus que celui du portique de Memnonios. []
  12. Le Bailly est notoirement insuffisant, mais on consultera le Liddle-Scott-Jones Greek-English Lexicon et, comme l’on pourra aisément vérifier dans l’e-TLG® que la majorité des 69 attestations littéraires du terme datent de la période byzantine, on se reportera aussi au Lexikon zur byzantinischen Gräzität. []
  13. Glossarium ad Scriptores Mediae et infimae Graecitatis, Lyon, 1688 s.u. ψηφίον []
  14. A.-J. Festugière, « Évagre, “Histoire Ecclésiastique” », Byzantion 45/2, 1975, p. 187‑488 : p. 227, n. 73. []
  15. A. K. Orlandos, I. N. Traulos, Λεξικὸν Ἀρχαίων Ἀρχιτεκτονικῶν Ὅρων, Athênai, Ê en Athênais Archaiologikê Etaireia, 1986, s. v. []
  16. Outre les inscriptions citées dans la suite de ce billet, voir IGLS 21, 2, 56 ; CIIP 4, 2, 3895 (mot très abrégé) ; SEG 30, 1715 ; SEG 54, 1661 (le mot, abrégé, peut être développé différemment). []
  17. D. Noy, H. Bloedhorn, Inscriptiones Judaicae Orientis, Tübingen, Mohr Siebeck, 2004, n° 53. []
  18. SEG 20, 376, cf. SEG 40, 1763 pour la datation []
  19. SEG 20, 380, SEG 40, 1749 []
  20. SEG 37, 1417. []
  21. SEG 54, 1440 []
  22. SEG 46, 1775 ; sur la localisation, voir P.-L. Gatier, J.-B. Yon (dir.), Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Amman ; Beyrouth, Institut français du Proche-Orient, 2009, n°51, p. 182. []
  23. Inscriptiones Judaicae Orientis, cf. supra, n° 53, l. 6-7 : τὴν ἴσοδον τοῦ/ψηφίου ; cependant le texte est ambigu car il signale aussi le nombre de pieds carrés de mosaïque réalisés. L’inscription n°54, qui lui fait pendant, commémore le même acte d’évergétisme, mais en signalant “la psèphosis de l’entrée” : τὴν ψήφωσιν/τῆς ἰσόδου. []
  24. A.-J. Festugière, cité supra. []
  25. Évagre le Scolastique, Histoire Écclésiastique I, 18, p. 27, l. 23 Bidez-Parmentier []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Catherine Saliou (13 août 2022). Psèphion : mot du vocabulaire architectural et nom propre d’édifice. Entre littérature et épigraphie. Histoire urbaine de l'Orient romain tardif. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pr65


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.