Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (2)

Deuxième billet d’une série consacrée aux fouilles conduites à Antioche sur l’Oronte de 1932 à 1939.

Épisode deux : première rencontre avec le terrain (22 décembre 1931-juin 1932)

Clarence S. Fisher (1876-1941) était membre de l’American School of Oriental Research. Il avait déjà travaillé sur de nombreux sites du Proche-Orient, notamment à Gerasa (Jérash). Morey lui adresse une longue lettre le 22 décembre 1931.  Il lui présente chacun des membres de l’expédition, parmi lesquels Glanville Downey,

 « a brillant student of Classics, who already has some publication at his credit, and who is engaged in indexing the pagan authors for references to Antioch ».

Il lui explique aussi qu’un index des références à Antioche dans les sources ecclésiastiques et arabes est en cours de réalisation à Yale depuis deux ans, et  que le travail est déjà si bien avancé que Kraeling et Stinespring sont en mesure de localiser les emplacements les plus prometteurs pour les fouilles.  Pour cette raison, Morey préfère que rien d’important ne soit entrepris sur le terrain avant que leurs données n’aient été vérifiées. Il ajoute :

« If it possible on the basis of this information to determine the best place to start the main excavation, we will let you know immediately, so that possibly the preliminary digging can be commanded before the main staff arrives ».

Dans une lettre adressée le 14 janvier 1932 à Étienne Michon, conservateur des Antiquités Grecques et Romaines au Musée du Louvre, partenaire du projet, Morey réitère sa confiance : pour le choix de l’emplacement et de la direction de la fouille, on pourra s’appuyer sur le travail de Kraeling et Stinespring. Il ajoute même :

« Their opinion is that the most fruitful digging would be done to the south of the actual town, between it and the mountain, with an extension to the west and east of the town. »

Le sud de la « ville actuelle » correspond à cette époque à la partie la plus dense de l’agglomération.

Fisher, de son côté, arrive à Antioche le 15 janvier,  pour préparer la fouille, qui doit commencer en mars. Un autre personnage entre en scène : Claude Prost est le conservateur du musée d’Antioche (Antioche se trouve dans le sandjak d’Alexandrette, qui est alors rattaché à la Syrie mandataire). Dès le 23 janvier, Fisher écrit à Morey que Prost est tout à fait opposé à l’idée de multiplier les sondages dans le secteur habité de la ville et préconise d’engager les fouilles  dans un tout autre secteur, qui engloberait notamment l’emplacement du palais.  Un extrait du plan cadastral est joint à la lettre, ainsi qu’un croquis réalisé à partir du plan restitué de C. O. Müller (1839), reproduit de façon très schématique.

ANT_COR_1932-map. Visual Resources Collection, Department of Art and Archaeology
Princeton University

Fisher présente ainsi son croquis :

« The small sketch plan which I enclose will help you to understand where this area is on the ancient plan of the city, although it is somewhat difficult to adapt Mueller’s plan to the existing topography of the city. The island marked X on the plan does not exist. And any island would have been included in the red lined area ».

Le guide choisi n’est pas l’Index en cours de préparation à Yale et Princeton, mais c’est bien le résultat d’un dépouillement des textes — celui qu’ a effectué C. O. Müller1 en l’occurrence  — que sert d’argument dans le choix du site. Le travail de terrain consiste en partie à vérifier et si nécessaire à adapter un plan qui lui-même est à l’origine purement théorique.

C. O. Müller 1839. Ce plan, réalisé par C. O. Müller exclusivement à partir des données du texte, a servi de point de départ à toutes les propositions ultérieures de plan restitué, ainsi qu’aux travaux de terrain, comme on le voit dans ce billet.

Dans un télégramme daté du 1er février, puis une lettre datée du 4 février, Morey insiste encore auprès de Fisher pour qu’il ne commence aucune fouille d’envergure avant de disposer de l’inventaire des données des sources écrites en préparation à Princeton et Yale. À cet égard, il lui annonce que les membres de l’équipe, qui arriveront le 15 mars, sous la conduite de G. W. Elderkin — professeur d’art grec à l’Université de Princeton, et directeur de l’expédition — lui apporteront l’index des auteurs « païens » sur Antioche, incluant un index prosopographique et un index épigraphique, et l’index préparé par Kraeling et Stinespring.

De fait, le 16 février, Kraeling envoie à Elderkin une partie de l’Antioch Index, plus précisément la seconde partie, celle qui d’après lui concerne immédiatement le travail archéologique. Le reste de l’index, qui en constitue apparemment la majeure partie, comporte des données historiques qui ne sauraient être utiles sur le terrain, dit Kraeling,  et dont la duplication aurait demandé beaucoup de peine, précise-t-til.  En échange, Kraeling demande à ce qu’on lui envoie un double de l’index réalisé par Gl. Downey à partir des auteurs païens2.

Fisher de son côté se prépare à fouiller l’hippodrome. Dans une lettre adressée à Morey le 18 février, Jean Lassus, l’archéologue français qui va représenter l’École du Louvre, qui a visité le site avec Fisher, approuve ce choix car il a reconnu sur le site les traces des deux tours signalés par Évagre le Scolastique (Histoire Ecclésiastique II, 12). La démarche est donc bien celle de la reconnaissance plus que de l’exploration : il s’agit de retrouver sur le terrain ce que l’on connaît déjà par les textes.

Les travaux commencent dès le 3 mars. Kraeling est tenu au courant des résultats, qu’il ne juge pas « terriblement importants », comme il l’explique dans une lettre à Morey, le 14 mai, qui accompagne l’envoi de la thèse de Stinespring3 et où il prévient  aussi Morey qu’il doit interrompre momentanément son travail sur l’ Antioch Index.

Cette première mission s’achève le 15 juin 1932. L’Index ne semble guère avoir été utilisé. On verra ce qu’il en advint dans la suite.

Cite this article as: Catherine Saliou, "Liaisons Dangereuses : textes et archéologie (2)," in HUORT, 12/04/2020, https://huort.hypotheses.org/98.

  1. Müller, K.O., Antiquitates Antiochenae: commentationes duae, Gottingae, Dieterich, 1839, planche A, en fin de volume []
  2. Kraeling joint à son envoi le manuscrit d’un article sous presse,  « The Jewish Community at Antioch », Journal of Biblical Literature, 51/ 2, 1932, p. 130‑160 – qui constitue donc un premier résultat concret de son travail sur les sources []
  3. Stinespring, W.F., The Description of Antioch in Codex Vaticanus Arabicus 286, s.l., Yale University, 1932 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.